VII : Dernière nuit obscure de la nuit peinte

Je me suis rendu compte cette année que je n’ai jamais parlé de VII dans ces pages. Pourtant, j’ai déjà croisé souvent ses productions noires, son style réfléchi et empreint de nombreuses références qui me parlent, du cinéma de genre aux genres de musique extrême en passant par l’occultisme. « Dernière nuit obscure de la nuit peinte » est quand même le onzième album du bonhomme, à la passion toujours pas éteinte. Bien sûr, VII, c’est un style à part. Sombre, misérable dans l’acception littéraire du terme, avec un flow qui pourra rappeler celui de Casey version masculine (ce qui est un gros compliment sous mon clavier), son rap ne conviendra pas à tout le monde. On pourrait faire à VII le reproche de se radoucir dans ce disque, autant dans certaines ambiances musicales que dans ses textes, plus traversés d’espoir et d’amour (plusieurs messages directs à sa petite fille émaillent le disque). Mais ces lueurs vacillantes ne changent pas l’atmosphère générale, désolée et fataliste, autant sur sa propre situation d’indé du hip-hop que sur celle de notre société, de la race humaine en général ou de notre planète plus si bleue. Confiné dans sa propre existence, contaminé par la morosité ambiante, le mc plonge dans un bain d’acide les poncifs du rap français, histoire de n’en ressortir que le squelette, rhabillé façon VII, le moral dans les chaussettes et un costard pour l’hiver rude et perpétuel dans lequel il évolue. Ce type-là ne voit pas la vie comme tout le monde.

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    « Boombap 2.0 ». Une jolie formule qui, Lacraps l’avoue, n’a pas de signification profonde. Vieilles formules à la diction moderne, pourrait-on dire ? Oui. Lacraps, nordiste d’origine, montpelliérain d’adoption, est venu tard au rap. Trop occupé à survivre. Ce qui ne signifie ni qu’il est plus « street » qu les autres, ni moins…
  • 10000
    Le troisième album du rappeur Dooz Kawa sera donc celui qui m'introduira dans l'univers fantasque, original et littéraire du strasbourgeois. Qu'on s'entende ; vous pouvez continuer à me traiter d'inculte parce que je ne comprends pas la poésie et le côté visionnaire de Booba, je m'en fous. Moi, ce que je…
  • 10000
    Décidément, je croise souvent le beatmaker Mani Deiz en ce moment. Et autant il est efficace et posé en solo, autant il est un atout considérable pour ses collaborateurs dans le domaine hip-hop. Cette fois-ci, donc, c’est avec Lucio Bukowski qu’il s’associe le temps de 38 minutes d’un rap français…
  • 10000
    Drôle de chronique. Bien sûr, il arrive régulièrement que des disques de rap français apparaissent ici. Mais à titre posthume, je crois que c’est la première fois. Nepal, donc, s’est éteint le 9 novembre 2019, de causes inconnues. Et « Adios Bahamas » est donc à la fois son premier et son…
  • 10000
    Le rappeur Hartigan et le beatmaker Mani Deïz s’allient pour nous présenter ce premier album du emcee. Ceux qui traînent souvent ici le savent ; en terme de rap français, j’aime les choses posées, sombres et écrites. Vous ne vous étonnerez donc pas de la teneur résolument amère de ce « Purgatoire »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *