OTHER LIVES : Rituals

otherlivesrituals

Il y a des jours où la vie se fout un peu de votre gueule. Tenez, l’autre jour. Un jour de travail ordinaire, avec un peu de service au public, lors duquel on a la chance de pouvoir écouter un peu de musique. Avec une collègue, on met sur la platine la compilation d’un magazine que je ne lis pas. Parmi les titres ainsi exposés au jugement sans complaisance de nos tympans, un titre retient particulièrement mon attention ; il s’agit d’ « Easy way out », probablement mon titre préféré de ce troisième album de ces ptits gars de l’Oklahoma. Ceux qui n’ont pas eu l’occasion de les découvrir sur le médiatiquement très bien accueilli « Tamer animals » (personnellement, je n’écoute pas les disques qui, sans me connaître ni d’Eve ni d’Adam, m’affublent d’un « tamer ») seront certainement désappointés par le genre développé ici. Car si l’Oklahoma évoque les indiens et les grands espaces, on s’en éloigne pas mal ici. Partis du folk rock, les Other Lives l’ont fait muter, lui ont adjoint tout un aspect orchestral et progressif, pour en faire un genre à part dans le paysage musical actuel. Un peu comme Alt-j à qui ils sont souvent associés, mais avec un côté nostalgique plus prononcé. Le résultat est forcément assez apaisant, beau et extraterrestre. Peut-être trop, même : à force de privilégier les effets de style, et de se concentrer sur la globalité de l’album, le trio perd un peu l’auditeur en chemin. Mais ne nous y trompons pas ; si Other Lives est quelque peu précieux, on ne ressent jamais de prétention, on n’est pas confrontés à un déballage technique, à une expérimentation de studio vaine et gonflante. « Rituals » reste un album très agréable, à la délicatesse et la mélancolie communicatives, un disque crépusculaire d’une grande classe.

Site officiel

Paroles de l’album

Other Lives : Reconfiguration

Other Lives : 2 pyramids

Related Posts

  • 10000
    At The Hollow est un trio finlandais qui sort avec ce « What I hold most dear » son premier album ; voici les seules infos que j'ai en ma possession à l'entame de « Was it worth it », premier titre et également premier single de l'album. Mais très vite, à l'écoute de ce…
  • 10000
    Trio de londoniennes au look ouvertement baba cool, Stealing Sheep n'est pas du genre à se prendre la tête. Sa musique est à leur image ; simple, immédiate, ouverte et joyeuse. Entre électro-pop nouvelle et indie pop psychédélique, elle pourrait être rapprochée d'un Alt-J ou d'un Unknown Mortal Orchestra. En dix…
  • 10000
    A l'écoute de ce premier album de la canadienne, plusieurs noms viennent en tête : Bjork, Florence + The Machine, Kate Bush, Oh Land. On pourrait imaginer pire. En huit titres, la jeune femme installe un univers à la fois personnel et plein de petites touches de couleurs musicales bigarrées,…
  • 10000
    Difficile de reprendre le chemin des studios après avoir enfanté d'une oeuvre comme "The tragic tale of a genius". Réussite totale, ce disque était une oeuvre richissime, exigeante, d'une intelligence rare. Impossible de renouveler l'expérience et s'enfermer dans une interminable liste de concepts albums. Inimaginable également de faire fi d'une…
  • 10000
    Disque d'une inquiétante beauté, « Great surround » évoque autant la pop jazz ténébreuse d'Angelo Badalamenti sur la bande originale de Twin Peaks que le rock progressif d'Anathema sur la partie actuelle de sa carrière. La voix de Wayne Switzer n'y est d'ailleurs pas pour rien, rappelant souvent le timbre mi-profond mi-stellaire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *