WINDSWEPT : The great cold steppe

En 2014, j’avais bloqué sur Blood Of Kingu. Le groupe est désormais mort et enterré, mais son architecte, également derrière Drudkh et Hate Forest (sacré CV) nous revient avec Windswept, qui sans surprise joue dans la catégorie black metal old school à tendance mélodique. Ce premier album respecte scrupuleusement le cahier des charges ; 6 titres ni trop longs ni trop courts (l’album dure 33 minutes, ça vous donne une idée de la longueur des titres), des rythmes frénétiques noyés dans des riffs très classiques, qui peuvent aussi bien évoquer un Drudkh qu’un Setherial, et un chant bien froid et haineux. Le disque a été écrit et enregistré en un temps très court, et a donc un côté très cru et direct qui sert tout à fait ce « The great cold steppe ». Si quelques passages sont un peu trop basiques (« Blinding and bottomless abyss is howling » est à ce titre assez décevant), l’ensemble se tient largement, et pourra même ravir les amateurs de sensations pures allergiques au lactose. Windswept est donc un projet sympathique, non pas par sa différence mais par son talent à pratiquer son style mieux que les autres !

Site officiel
https://www.facebook.com/windsweptukraine/

Related Posts

  • 10000
    L'ukrainien Drudkh est adepte du changement de direction. Adoré pour sa créativité, il a opéré récemment un virage à 360° pour revenir à un genre plus épuré et foncièrement black metal. Une orientation qui a désarçonné (pour ne pas dire déçu) pas mal de fans. Et qu'il poursuit allègrement sur…
  • 10000
    Une pochette mythologique mille fois vue, un nom un peu ridicule et un titre à rallonge : il n'en faudrait pas plus à beaucoup pour partir en courant. Pas à moi. Oh que non ! C'est le genre de disque inconnu d'où peut sortir le meilleur... comme le pire. Bon,…
  • 10000
    Dark Funeral a été l'un de mes groupes fétiches pendant un temps. Son black metal mélodique et violent, profondément satanique, assez grandiloquent mais d'une efficacité sans faille, m'a conquis dès son premier très bon album « The secret of the black arts », et encore plus sur l'exceptionnel « Vobiscum satanas ». et puis,…
  • 10000
    Revoilà nos poètes préférés, après un “Hell Eternal” tonitruant dont les lacérations tatouent encore nos tympans. Et dès le premier titre, c’est une évidence : Setherial n’a pas encore craqué pour la musique lounge. Une baisse perceptible du tempo, certes, mais une véhémence toujours omniprésente qui ne nous laisse souffler…
  • 10000
    Comme j’aurais aimé vous dire que je connais Negator depuis des années, que je suis leur parcours depuis leur première démo, que je les ai toujours soutenu et que ce qui arrive aujourd’hui est pour moi tout sauf étonnant ! Mais ce serait vous mentir. La vérité, c’est qu’à part leur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *