DRUDKH : A furrow cut short

drudkh_afurrowcutshort

L’ukrainien Drudkh est adepte du changement de direction. Adoré pour sa créativité, il a opéré récemment un virage à 360° pour revenir à un genre plus épuré et foncièrement black metal. Une orientation qui a désarçonné (pour ne pas dire déçu) pas mal de fans. Et qu’il poursuit allègrement sur ce nouvel album. « A furrow cut short » débute par une trop longue « Cursed sons pt.1 » qui comporte pourtant des riffs très classiques mais qui, comme d’habitude, savent installer une dramaturgie par l’emphase et l’intensité. Réduit d’au moins deux minutes, le titre n’en aurait eu que plus d’impact. Sa deuxième partie suit à peu près le même schéma, mais sa durée moins longue est assurément un atout. Le riff du « refrain » de « To the epoch of unbowed poets » étant vraiment imparable, il est difficile d’y résister, même si le couplet est en comparaison bien trop classique et plat. « Embers » visite un peu plus le côté dépressif du combo, à mon plus grand bonheur puisque c’est un exercice dans lequel les ukrainiens excellent. Hélas, par la suite, « Dishonour pt. 1 » tape un peu trop sans réfléchir, avec ses riffs vraiment pas mémorables. Sa suite, « Dishonour pt.2 » (ben oui, forcément) pourrait elle s’avérer beaucoup plus intéressante si elle avait plus de profondeur en terme d’instrumentation : c’est le genre de titres qui s’accommoderait très bien d’un petit orchestre classique, ou de couches mélodiques supplémentaires en tout cas. En l’état, ça reste un titre plutôt réussi mais lui aussi trop long. Enfin, « Till foreign ground shall cover eyes » clôt la marche en appuyant sur l’accélérateur, proposant une fin plus intense mais toujours aussi riche mélodiquement. Drudkh ne fait pas de compromis avec sa musique mais le devrait ; plus ramassée et plus orchestrée, sans pour autant verser dans le mélodique ou le pompeux, elle y gagnerait en force et en lisibilité des émotions transcrites. Reste un (autre) bon disque de black, mais qui pourrait être tellement mieux…

Paroles de l’album

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    "One-woman band". Le terme a certainement déjà été utilisé pour parler de metal. Mais de black metal, ça, c'est moins sûr. Certes, des groupes de filles dans le metal noir, il y en a déjà eu, mais là, je trouve qu'assumer le poids d'un projet musical seule dans un carcan…
  • 10000
    Deuxième album pour le duo mixte américain Wolvserpent, qui comme on s'en doute au nom et à l'artwork n'est pas là pour compter les pâquerettes ou inventer le crossover entre coupé-décalé et raï'n'b. Regardons-y donc de plus près : 5 titres, pas moins de 80 minutes au compteur, une intro…
  • 10000
    Oh putain. C'est quoi ça, le renouveau du black metal ? Non, parce que ça a de la gueule, vraiment ! Bon, on a déjà les ingrédients classiques ; un nom à coucher dehors à consonnance, hum, guerrière, un artwork "true", de la "crypt-credibility" (derrière Rauhnacht, il y a un…
  • 10000
    Quand on m'a parlé d'un nouveau groupe français qui se complaisait dans un post black metal de qualité et en langue française, ça m'a titillé. Je devais donc me procurer ce premier album de Vehementer Nos pour m'assurer de la véracité de ces propos anonymes. Après l'écoute de ces cinq…
  • 10000
    Deuxième album pour les Finlandais, qui avaient franchement impressionné leur monde en 2008 en signant une première œuvre à la fois complètement influencée et totalement personnelle, entre black old school froid et black dépressif. A l'écoute de "Apocalypse", premier titre de cette nouvelle offrande, on se dit que le groupe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *