TWENTY ONE PILOTS : Blurryface

blurryface

Ma rencontre avec le duo américain Twenty One Pilots relève vraiment du hasard. Du hasard du calendrier, en fait. Ce quatrième album, je tombe dessus le jour où je cherche quelque chose de frais et de différent à me mettre sous la dent. Un jour plus tôt, trois jours plus tard, je serais totalement passé à côté. « Blurryface », donc. Curieux mélange entre hip-hop, electro-pop, r&b, emo rock, et à l’occasion un peu tout le reste (de la dance au reggae en passant par le rock anglais moderne), c’est l’archétype de disque que je suis susceptible de trouver putassier et démagogue. Et pourtant, non. Si je ne venais pas de me farcir un disque de death metal, je me demanderais si je ne me ramollirai pas, à apprécier des choses aussi « commerciales », même si je n’aime pas du tout le concept et l’étroitesse d’esprit qui se cache derrière cet adjectif. Car oui, ici les sons sont propres, les refrains hyper-cadrés et mélodiques (radiophoniques même pour une bonne partie), et si de nombreux éléments s’y télescopent, ça n’est jamais de façon anarchique. Alors le groupe a beau afficher un look rebelle et des cheveux rouges, on est bien loin du punk ici. C’est rythmé certes, mais assez léger, très accrocheur, dans l’air du temps, et, oui, j’ai bien du mal à me dire que tout ça n’est pas un calcul de producteur. Pourtant, le groupe, formé en 2009, a commencé par sortir deux disques auto-produits, puis a été signé par Fueled For Ramen : on est donc loin du catapultage médiatique. Un peu trop proches musicalement les uns des autres, les quatorze titre de ce nouvel opus se montrent tous, ensemble ou pas, assez convaincants, se posant comme des tubes en puissance, et faisant de « Blurryface » un bon choix pour une soirée entre amis.

Site officiel

Paroles de l’album

Twenty One Pilots : Stressed out

Twenty One Pilots : Tear in my heart

Related Posts

  • 10000
    Mais à qui s'adresse Fall Out Boy ? Quand un groupe vieillit, il a souvent d'autres aspirations, une envie d'ailleurs musicale, que ses fans, qui ont vieilli à la même allure, partagent et comprennent à la fois. Sauf que là, pas vraiment. Ah, attendez, j'en ai une autre. Quand un…
  • 10000
    Lonely The Brave est une nouvelle sensation anglaise. J'ai peur, parce que la perfide Albion a le don de s'emballer pour pas grand-chose. Oui, mais Lonely The Brave a fait la première partie de Deftones. Ouais, super, je ne suis pas plus avancé ni rassuré ; les américains ont parfois…
  • 10000
    Si le nom des Get Up Kids ne vous dit rien, sachez qu'il s'agit d'un des groupes à l'origine du mouvement emo, et dont l'album « Something To Write Home About » est un classique du genre, souvent reconnu comme une grosse influence pour les ténors du genre (Fall Out Boy et…
  • 10000
    J'étais passé à côté du premier album du groupe, dont j'avais à posteriori lu grand bien. A l'écoute de ce « Dirt », je comprends pourquoi. Du tube, du refrain qui accroche, du riff passe-partout, voilà ce qu'on trouve ici. Imaginez 13 titres de la trempe de « It Ain't A City It's…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *