MECHANIMAL : Crux

C’est désespéré, à la recherche de quelque chose à me mettre sous le clavier que je suis tombé sur un mail d’Inner Ear, label grec qui m’envoie ses nouveautés depuis un moment et que je boude trop souvent. Je lance l’écoute de ce projet présenté comme « post punk electro industriel » sans vraiment en attendre autre chose que ce qu’on peut trouver ailleurs, un peu échaudé il est vrai par une pochette bien WTF. Et là, je vacille. Non pas que « Ghetto level » soit une tuerie de titre. Assez monolithique, il pose son ambiance et ne la quitte pas, porteur d’une séance de mea culpa hypnotique. Ça ne vous dit rien ? A le lire, moi non plus. Mais il y a cette voix, entre un Saul Williams et un Andrew Eldritch. Noire, solennelle, déclamant son texte avec une gravité que rien ne trouble. Et je le suis, moi, troublé. Enfin, interrogé dans une première phase. Puis vient « Sharon », la « Marian » de Mechanimal, et les frissons qui m’assaillent ont raison de mes dernières défenses. Alors je ne le nie pas, ce n’est pas une « Music for the masses ». Les mélodies synthétiques répétées jusqu’à l’obsession, l’ambiance décadente, le phrasé de messe noire, les textes goth punk, tout ça ne joue pas en faveur de multiples diffusions radiophoniques… Moi, je m’en fous. Parce que « Crux » a beau être une gueule cassée, il est unique en son genre. Et tellement inattendu pour moi qu’il se place direct entre la madeleine de Proust et l’illumination. Bon, une fois quelques jours passés et l’enthousiasme de la découverte évanoui, je vous accorderai certainement que les titres sont un peu trop « proches » les uns des autres, et que l’on peut se fatiguer de sa si unique personnalité. Mais une chose est sûre : « Crux » m’a surpris et enchanté au moins un moment, et doit être soumis à votre attention rien que pour ça !

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Qu’un groupe parvienne à faire mouche avec un seul titre, le premier de son premier album, alors qu’il vient de nulle part (bon, ok, de Los Angeles) et que personne ne l’a vu arriver (quoi, il y en a parmi vous qui ont écouté son premier ep il y a…
  • 10000
    Il y a quelques années, une compilation me fit découvrir quelques formations talentueuses de gothic rock et dark wave, dont This Burning Effigy. Moi qui ne connaissais que les « classiques » du genre, je me retrouvai confronté à un tout nouveau monde de possibles. Ce qui eut pour conséquence de me…
  • 10000
    Depuis sa formation en 1983, Clan Of Xymox a sorti un nombre impressionnant de disques et connu un nombre quasi équivalent de formations. Côté musique, il a aussi touché à divers styles, en gardant bien entendu un pied dans le rock gothique qui l’a vu naître. Seul maître à bord…
  • 10000
    Dear Strange est un duo mixte allemand qui nous vient de la riante cité de Berlin, et qualifie sa musique de « prism wave ». Pfff. Qu'est-ce qu'on inventerait pas pour se démarquer des petits copains, hein ! Nan, parce que Dear Strange, c'est ni plus ni moins qu'un electro goth un poil…
  • 10000
    Modern Men est le side project du chanteur de MMNQNS. Mais là où ce groupe faisait appel au rock indé, au post punk et à un chouilla d'electro pour pimenter le tout, Modern Men fait fi de tout le décorum rock, conserve l'attitude et exploite à fond les influences post…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *