THE POISONED GLASS : Ten swords

poisonedglass_tenswords

Oh oui, cette pochette évoque franchement un disque de metal extrême. Pourtant, si l’ambiance ici est noir charbon, on est assez loin du black metal et compagnie. A vrai dire, je ne sais même pas dire s’il s’agit de metal. Pourtant, The Poisoned Glass se décrit comme « orchestral doom ». Oh, sans blague ? Je n’y entend pas plus d’orchestre que de longues mélopées désespérées, pourtant. Ce que j’y entends en revanche, c’est l’horreur. Une horreur tintante, retentissante, aux relents industriels. Une horreur hors-normes, moite et suintante plutôt que glacée et aseptisée. Du doom, on retrouve les lignes de basses répétitives, un certain goût pour l’emphase, le tout enveloppé de saturation. La voix évoque à la fois Nine Inch Nails et Faith No More. Le minimalisme et l’expérimentation s’éloignent un peu de tout et font de « Ten Swords » une expérience sensorielle de tous les instants. A vrai dire, la mixture est un poil trop répétitive sur disque, mais on sent qu’en live ça doit s’apparenter à une messe occulte hypnotique autrement plus intéressante. Reste un disque « autre » toujours agréable à découvrir par son anticonformisme assumé.

Site officiel

The Poisoned Glass : Toil and trouble

Related Posts

  • 10000
    Je ne connaisais pas Pharmakon avant ce "Bestial burden". Ce qui est bien dommage tant l'art cauchemardesque de Margaret Chardiet (que j'ai vraiment du mal à qualifier de musique) me parle et me fascine. Ce disque est l'ultime représentation de l'enfer : composé de percussions sourdes, de boucles bruitistes répétitives,…
  • 10000
    Bon. Avant que vous ne commenciez à lire, je vous préviens : Gnaw Their Tongues est parmi les groupes les plus extrêmes au monde, alors âmes sensibles, passez immédiatement votre chemin. Ce huitième album, que les fans (s'il y en a) se rassurent, ne voit pas l'artiste s'assagir. Entre intensité insoutenable…
  • 10000
    Dominick Fernow, le joyeux drille derrière Vatican Shadow, sévit depuis de nombreuses années au sein de la scène électro alternative, celle qui déconstruit, qui agresse, qui fait suer du cerveau plutôt que des guibolles. Ce qu'il propose ici, c'est un dark ambiant industriel répétitif, presque tribal, donc plus rythmé que…
  • 10000
    Ben ouais, moi j'aime bien les trucs chelous, peu importe l'étiquette qu'ils portent. Alors forcément, ce Damaskin venu d'on ne sait où, dont on ne sait rien, mais déniché par un label parisien qui se fait un malin plaisir de fouiller les tréfonds de l'électro en quête de genres décalés…
  • 10000
    Enième projet solo d'un zigue dont, apparemment, le cerveau fourmille d'idées étant donné sa productivité, Painted Caves fait dans le dark ambiant industriel, et semble ne pas vouloir suivre les habitudes du genre, ou alors manquer d'inspiration pour le faire ; 7 titres en 32 minutes, c'est finalement assez court.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *