WOLVSERPENT : Perigaea Antahkarana

Wolvserpent-PerigaeaAntahkaranaLarge

Deuxième album pour le duo mixte américain Wolvserpent, qui comme on s’en doute au nom et à l’artwork n’est pas là pour compter les pâquerettes ou inventer le crossover entre coupé-décalé et raï’n’b. Regardons-y donc de plus près : 5 titres, pas moins de 80 minutes au compteur, une intro lugubre à souhait installant l’auditeur dans un univers froid et nocturne, où le crépitement du feu (rituel ?) répond aux corbeaux de mauvais augures. Une ambiance forcément un peu déjà vue mais suffisemment bien dosée évite le ridicule. Pour le reste, les très longs titres font se tutoyer funeral doom, ambiant, drone, pagan, neo classique et black metal. Ajoutez à ça une maîtrise de la composition certaine, un perfectionnisme maniaque (trois ans de travail, et de multiples relectures avant ce produit fini) et vous obtenez une oeuvre vénéneuse et rampante, une sorte de black doom repris par Godspeed You Black Emperor !. Forcément, ce genre d’oeuvre s’apprécie dans des circonstances adéquates, et de préférence seul(e). On ne saurait pourtant que trop la conseiller aux fans de formations marginales et aventureuses comme le groupe précité, Blut Aus Nord ou le Neurosis dernière période. Relapse, qui vient de signer, le groupe, ne s’y est pas trompé : Wolvserpent est une formation passionnante et rare, dont le talent noir et acide doit éclabousser le monde et y creuser son sillon destructeur, lentement, insidieusement. Le fait que le dernier titre « Concealed among the roots and soil » finisse en reprenant le thème introductif de ce deuxième opus n’est donc que de la poudre aux yeux ; non, le cauchemar n’est pas fini, il est entré en nous, et est à présent en repos, attendant son heure…

Site officiel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *