ELEND : Les ténèbres du dehors

Certaines œuvres sont plus difficiles à appréhender que d’autres. Le disque que je vous présente aujourd’hui, le groupe que je vous propose maintenant est de ceux-là. Formation franco-autrichienne dont les membres principaux sont issus du milieu metal, Elend aurait pu être rapidement catalogué, rangé et oublié. Mais son parti-pris stylistique l’en préservera. Car, loin d’être prévisible ou académique, il a choisi de mettre à profit l’enseignement musical classique de ses membres pour composer des œuvres thématiques fortes et intenses, sortes d’opéras lucifériens où vociférations masculines proches du black metal côtoient la beauté d’un chant féminin et de chœurs angéliques sur fonds de symphonies aussi tragiques que majestueuses. « Les ténèbres du dehors » va plus loin que son prédécesseur, en épousant toutes ses caractéristiques mais en amplifiant leurs effets par plus de maîtrise et de professionnalisme. De l’artwork, assez sobre mais superbe, à la production, en passant par la répartition vocale ou la structure même des titres, tout est rehaussé, sublimé. Mention spéciale à « Antienne » et sa voix susurrée qui a immédiatement rendu l’ado boutonneux que j’étais à la sortie du disque fou amoureux de la chanteuse. Pour schématiser, Elend est une sorte de Dead Can Dance plus extrême, dans tous les sens du terme, avec une couleur résolument charbon, et pas mal de talent. A vous de le découvrir !

Playlist

Site officiel

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    De retour chez Holy Records après de longues années d'absence, un album chez Music For Nations et une séparation consécutive à la fin de leur grandiose trilogie revisitant l'Office Des Ténèbres ! On aurait pu croire le duo luciférien perdu corps et âme pour la cause dark symphonique, surtout au…
  • 10000
    Quelque part entre l'heavenly et le cauchemar, le grandiloquent et l'intimiste, la caresse et l'écorchure, ce nouveau projet français prend racine sur un territoire vierge issu de l'imagination fertile de sa créatrice Laure Le Prunenec. Il faut dire que la brune a été à bonne école, collaborant avec le fou…
  • 10000
    Le dernier album de DVKE date de 1999. « Quoi ? » Me direz-vous, « qu'est-ce que c'est que ces tire-au-flanc ?». Mmm. Peut-être ai-je omis de préciser que ce groupe n'est que le side-project d'un garçon principalement occupé par Summoning, formation œuvrant dans un post black metal épique et…
  • 10000
    Septic Flesh m’enchante et me surprend depuis 23 ans. Si vous ne les connaissez pas, et bien, d’abord, honte sur vous et votre descendance sur 3 générations, et puis je vais quand même vous faire un topo, pour que la quatrième puisse faire quelques chose de sa vie. Les grecs,…
  • 10000
    Si certains ont été déçus par l'adaptation cinématographique de la bd culte "From Hell" d'Alan Moore, peut-être peuvent-ils se consoler en plongeant corps et âme dans son ambiance noire grâce à la somptueuse musique du film écrite par Trevor Jones (Excalibur, Dark Crystal, Dark City, Notting Hill et j'en passe...).…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *