LORD VICAR : Gates of flesh

Lord-Vicar-Gates-of-Flesh

Le stoner, bien plus qu’un genre musical anecdotique, est en passe de devenir une religion pour bon nombre de musiciens et de fans. Et comme dans toute bonne religion, il y en a une foultitude d’interprétations, de la plus dure à la plus légère. Et là je spoile, mais alors comme un sauvage : Lord Vicar se situe un peu plus dans la deuxième catégorie. Oh, pas qu’il soit mou du genou ou souffreteux, non, il est même assez bien troussé. Mais si gros riffs il y a, ceux-ci évitent la brutalité extrême pour laisser la place à un certain groove et à un format plus pop qui sert vraiment ses chansons. Le tout sonne comme une rencontre entre My Dying Bride et Pentagram ; un chant enlevé mais pas agressif, des guitares présentes mais pas assez massives pour occuper tout l’espace sonore, des mélodies classiques mais efficaces, des titres assez étirés mais pas interminables (même si certains gagneraient à être plus concis), et des ambiances légèrement mortifères (il faut ce qu’il faut) sans être complètement dépressives… Tout ça sonne en définitive très juste, et on est bien content d’avoir sous le tympan un disque de cette trempe.

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    On assiste depuis quelques années à une recrudescence du doom metal. Qu'il ait choisi ou pas de s'acoquiner avec le stoner ou le sludge, le genre ressurgit sous des formes et des drapeaux divers, et n'en finit pas de rendre hommage aux parrains, de Black Sabbath à Pentagram. Witchcraft s'est…
  • 10000
    Un retour, un remaniement, un album plutôt moyen, et revoilà Electric Wizard avec un nouveau disque qui, une fois n'est pas coutume, explore un thème très répandu dans le doom burné, mais pas encore par le combo ricain, à savoir la mort. Electric Wizard se pose encore une fois comme…
  • 10000
    Deuxième album pour les doomsters traditionalistes de Pilgrim, jeune groupe new yorkais vouant un culte au grand cornu et à Black Sabbath. Mais là où un Cathedral restait sourd aux évolutions subies par le genre lancé par la maison-mère, les petits gars de Pilgrim, eux, n'hésitent pas à intégrer du…
  • 10000
    Nous sommes en 2014 à San Francisco. Toute la ville est envahie par les hipsters et les poseurs. Toute ? Non, car un petit groupe d'individus résiste aux différentes modes musicales pour se consacrer au heavy metal. Mais attention, pas de dragons et de magiciens ici, on est plutôt en…
  • 10000
    The Sword fait les premières parties de Metallica, et pratique un heavy metal stoner trrèèèèès classique et efficace, un peu comme si Pentagram rencontrait le Entombed d'aujourd'hui. Et habille le tout de récits science-fiction très seventies (et d'une pochette à l'avenant). Si ça vous fait déjà saliver à la lecture,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *