CRYSTAL CASTLES : Amnesty (I)

Crystal-Castles_-Amnesty

Il y a deux ans, Alice Glass sonnait le glas de Crystal Castles, groupe phare d’un electro-punk bien dark qui en avait fait cauchemarder plus d’un avec ses trois albums parfaits, et en particulier (III) et ses traumatisants « Plague », « Pale flesh » et « Transgender »… Mais la nature a horreur du vide, et personne du côté de Toronto ne se lançant à l’assaut du trône, il fallait bien qu’Ethan Kath réactive la machine. Après avoir trouvé une nouvelle émissaire glacée en la personne d’Edith Frances, le revoici avec une quatrième œuvre ouvrant la voie à une nouvelle saga electro-horrifique. Car oui, si Crystal Castles n’est pas du tout catalogué electro-dark, c’est bien du côté sombre qu’il penche. Toujours aussi malsain et lancinant, et comme beaucoup de brûlots du genre assez expéditif (en 11 titres et trente-trois minutes, la messe est dite), il ne déboussolera pas les fans, usant encore de la formule éprouvée nappes ambiantes + attaques acides. La voix des deux vocalistes successives sont suffisamment proches pour que la passation de pouvoir se fasse en douceur également. Et « Amnesty (I) » est au moins aussi bon que ses grands frères. Alors pourquoi se priver ? Un retour qui fait du bien, vraiment !

Site officiel

Crystal Castles : Concrete

Related Posts

  • 10000
    Le duo de Toronto avait impressionné tout le monde en 2008 avec un premier album bourré d'explosions electro-punk qui s'autorisaient ça et là des escapades plus atmosphériques. Et on sait qu'il est difficile, particulièrement en terrain electro, de se renouveler ou de réitérer un exploit commercial et critique. Il était…
  • 10000
    Sorti en mars et passé totalement inaperçu dans nos terres, tout comme son prédécesseur, le 4e album du projet de l'anglais Jake Lee a pourtant des atouts pour qui s'y penche. Bon, bien sûr, il faut s'y pencher avec prudence, être prévenu de l'endroit où on met les pieds et…
  • 10000
    La France a eu Justice et les Crystal Castles, l'Italie a les Bloody Beetroots. Pour celles et ceux qui n'auraient pas encore compris de quoi il s'agit, c'est d'electro-punk dont on cause ici. Moins crade et plus travaillé mais tout aussi percutant, et surtout bien souvent plus malsain, à l'image…
  • 10000
    Kap Bambino, pour ceux qui ne les connaîtraient pas, est un duo Bordelais qui donne dans l'électro sale, malsaine et méchante avec une attitude clairement punk. Si ça vous fait peur, passez votre chemin ; c'est pire sur disque. Le groupe joue avec les images, brutalise l'imagination et les sens,…
  • 10000
    Quelque part entre Sexy Sushi et Kap Bambino, le trio de St Etienne Schlaasss fait dans l'electro punk volontiers provocateur et cru. Sa carte de visite, il nous la balance à la gueule en quatre titres sales et directs. Le groupe a l'intelligence de se partager le micro, ce qui…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *