GHOULTOWN : Curse of eldorado

J’ai connu le gothabilly de Ghoultown il y a quelques années, alors que je me plongeais avec délice dans les sous-genres modernes du rockabilly, toujours avide de sensations musicales nouvelles. Le groupe de Dallas représente une branche très particulière, puisqu’il mélange psychobilly assez soft, sonorités mariachi et ambiances sombres. Le tout pour un résultat assez fun mais souvent inégal sur un album entier. Certains titres reviennent encore régulièrement dans mes playlists, mais je n’écoute plus que rarement les albums que j’ai à la maison. Cependant, je sais donc le groupe capable de belles et terribles choses, et il est donc logique que je m’intéresse de près à cette sortie. Bon, surtout après avoir lamentablement loupé les autres, ok. « Curse of eldorado » est donc le 6e album du groupe. Il se démarque un tout petit peu de ce que je connaissais du groupe par son côté moins rêche, moins brutal. Bien sûr, on y retrouve toujours des gros riffs, une espèce d’énergie rock mâtinée de punk, et on ne peut s’empêcher de taper du pied à maintes reprises au gré des douze titres qu’il affiche. Ici, l’homogénéité est plus de mise, les titres semblent plus répondre à un désir de cohérence. Étant donné le thème, les influences mariachi sont bien entendu au centre des préoccupations de Ghoultown ici. On a un album qui fonctionne très bien, et qui compte pas mal de bonnes chansons (« The badlands », « Leave you in the dust », « Trail of the snake », « Running from the sun », « Adios gringos »). Le style a beau n’avoir que peu bougé, il n’a malgré tout pas vieilli, et je le retrouve avec plaisir. Le mixage plus rond et rock y joue également un rôle indéniable. Bien sûr, ce disque n’est pas encore le chef d’oeuvre qu’on attendait, mais il s’inscrit sans avoir à rougir dans la discographie d’un groupe certes discret mais assez doué.

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Groupe emblématique d'un sous-genre bien pauvre en références, j'ai nommé le gothabilly, Ghoultown a plutôt intérêt à assurer pour ne pas enterrer le genre avec lui. D'autant plus que son alchimie repose sur des éléments assez délicats à marier sans avoir l'air ridicule ; le rock dur, le rockabilly, la musique…
    Tags: bien, ghoultown, ne, a, me, album, groupe, titres, in, certes
  • 10000
    Certains styles sont plus rares que d'autres. Il y a quelques années, j'arrivais assez régulièrement à tomber sur un disque de psychobilly de qualitay. Dernièrement, c'est bien plus compliqué. Alors lorsque ça arrive, je suis assez heureux. Ce soir, ce sont les angelinos de Rezurex qui vont m'accompagner, avec ce…
    Tags: plus, bien, rockabilly, punk, assez, disque, ne, ambiances, se, plaisir
  • 10000
    Voici un groupe qui n'a pas sorti de disques depuis 2013. Dommage. Parce que les deux autres albums des Brains que je connais (« Drunks not dead » et « Out in the dark ») sont vraiment excellents. C'est assez simple ; pour moi, les Brains, c'est un peu la façon dont je pensais voir…
    Tags: qu'il, album, ne, the, bien, titres, également, se, rockabilly, groupe
  • 10000
    Bon, je ne vais pas y aller par quatre chemins : Tiger Army est un groupe qui m'a fendu le cœur. Parce que, découvert dans une période psychobilly de mon exploration musicale permanente, j'en ai adoré chaque note des deux premiers albums, un peu moins le troisième... puis c'est le drame.…
    Tags: on, plus, the, psychobilly, rock, assez, se, bien, groupe, ne
  • 10000
    La vie est faite de choix. Et force est de constater que certains sont plus simples que d’autres. Moi, j’ai des goûts musicaux assez affirmés malgré les apparences. Et en bon bouffeur de musique, j’aime aussi en découvrir qui vient de coins exotiques ou improbables. Alors quand Mothra Slapping Orchestra…
    Tags: se, assez, ne, on, plus, punk, groupe, a, me, joue

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.