BACHAR MAR-KHALIFE : On / off

Faut-il essayer d’apposer une étiquette musicale à ceux qui cherchent à tout prix à s’en défaire ? Voici une question légitime qu’on peut se poser à l’écoute de « On / off », le cinquième album du libanais exilé en France. Un petit point bio avant tout ; Bachar, après avoir débarqué à l’âge de six ans avec son père (lui-même musicien) qui fuit la guerre, s’intéresse tôt au piano, puis aux percussions. Son éducation et sa curiosité naturelle le poussent à s’ouvrir à des formes d’expressions diverses et variées, à expérimenter toujours plus et plus loin. Tout ça aboutit donc à cet album où les langues se délient et flirtent avec la musique contemporaine, le jazz, le néo-classique, la musique électronique et la world music. « Zakrini » est une ballade neo classique – world, « Insomnia » débute comme du pagan folk, poursuit façon electro classique jazz, « Chaffeh chaffeh » est un titre neo world teinté d’ambiant… Difficile à suivre, Bachar ne s’impose aucune limite si ce n’est celles de sa créativité, au territoire déjà bien étendu et en perpétuelle expansion. Moi qui suis un nouveau venu sur ses terres, je dois dire qu’au moins sur ce disque, les ambiances sombres et poétiques de monsieur Mar-Khalife fils me correspondent parfaitement, et que sa façon de fondre l’ensemble de ses influences en un style apatride, sans âge et sans forme définie me passionne. Définitivement, la pureté des styles m’ennuie, le métissage me ravit. Il semble que sur ce point, nous soyons compatibles ; c’est là un constat qui me fait du bien et me rassure ; je sais que quelqu’un quelque part œuvre pour me préparer des mets qui surprennent et pétillent en bouche. Pourvu qu’ils soient toujours aussi délectables que « On / off » !

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    AURUS : AurusDe l'importance de l'orthographe ; Bastien Picot, alias Aurus au sein de ce projet, réside à La Réunion, à Tampon plus exactement. Il est donc tamponnais. Au vu de sa photo de presse, à l 'écoute de sa musique, on serait tenté de l'écrire « tamponné ». Effectivement, ici l'originalité est au rendez-vous ; entre…
    Tags: plus, c'est, œuvre, on, titre, world, ambiances, musicien, facebook, instagram
  • 10000
    Pourquoi tu es là, à me lire, toi derrière ton écran ? Parce que tu n'as rien de mieux à faire ? Non, je ne peux y croire. Tu es là pour te mettre sous le tympan des nouveautés, et éventuellement des choses inattendues. Si c'est pour cette dernière raison, alors ne…
    Tags: ne, c'est, on, se, dire, bien, me, jeune, https://open.spotify.com/album, instagram
  • 10000
    Recevoir des disques, susciter suffisemment de confiance ou de sympathie pour qu'on lui fasse ce cadeau, c'est un peu le saint graal pour un chroniqueur musical. Enfin, au moins pour moi, je ne sais pas ce qu'en penseront les autres. Mais il y a encore mieux que ça ; c'est…
  • 10000
    Je suis un homme. Et donc, par essence, j'agis souvent comme un connard. J'ai agi comme un connard avec Peroké. Parce que je n'aimais pas son nom. Parce que je n'aimais pas la pochette de l'album. J'ai balancé sans vraiment les lire plusieurs mails me présentant la sortie de ce…
    Tags: plus, ne, l'écoute, album, suis, toujours, titre, instagram, facebook, https://open.spotify.com/album
  • 10000
    Quand elle est née, Nuphar (oui, il fallait que je la fasse) ne se prédestinait pas forcément au jazz. En fait, la musicienne d'origine israélienne aux doigts de Fey (j'vous promets que j'en ai plus après des foireuses comme ça) s'est d'abord intéressé au classique, et même à la world…
    Tags: jazz, me, ne, classique, formes, puis, musique, music, world, plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.