DOOL : Summerland

Il y avait Wool, Tool, il y a Dool (qui veut dire « errance » dans sa langue natale). Bon, ok, le groupe n’est totalement un nouveau venu, puisqu’il signe ici son deuxième album, mais ça reste quand même des nouveaux venus, après une formation en 2015, un premier album en 2017 et un ep deux ans plus tard contenant une reprise pas mal foutue d’un de mes titres préférés des années 80, le « Love like blood » de Killing Joke. Le groupe s’est bâti sur les cendres de The Devil’s Blood et Elle Bandita (que je ne connais pas), ce ne sont pas donc complètement des inconnus. Mais si le heavy metal et le hard rock ont encore droit de cité ici, on s’oriente plus vers un rock sombre aux guitares puissantes, côtoyant le grunge et le rock gothique. Souvent mid-tempo, très à la hollandaise avec sa chanteuse capable de s’exprimer autant dans un registre grave que mezzo, dans une ambiance doom mais pas trop. Bien sûr, ça n’est ni très joyeux ni très moderne tout ça, mais c’est cohérent et pas téléphoné ; les musiciens ont tissé des structures assez élastiques et originales, on ne s’ennuie pas d’un titre à l’autre et si on y retrouve des éléments communs, pas mal de petites trouvailles mélodiques viennent parasiter nos habitudes et nous faire redécouvrir ce groupe à chaque titre, chaque écoute. Pourquoi seulement un 7 alors ? Par pure subjectivité. D’abord, j’aime les vocaux plus « francs », et la voix de Farida Lemouchi est assez androgyne. Et puis si j’aime les musiques sombres, celle-ci se situe vraiment entre plusieurs univers dont j’affectionne les codes, et ce disque est peut-être trop ceci ou pas assez cela pour moi. Mais je vous l’assure, si vous accrochez au single, vous adorerez l’album, et Dool fait preuve d’une maîtrise et d’une lucidité certaines dans sa façon d’aborder sa musique.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    On a pas trop de mal à s’imaginer, en contemplant la pochette de ce cinquième album du duo américain Bloody Hammers, la teneur de ce disque ; un heavy doom bien rétro aux paroles inspirées des films d’horreur eighties. On est pas loin de la vérité. Le côté gothique très prononcé…
  • 10000
    Qu’un groupe parvienne à faire mouche avec un seul titre, le premier de son premier album, alors qu’il vient de nulle part (bon, ok, de Los Angeles) et que personne ne l’a vu arriver (quoi, il y en a parmi vous qui ont écouté son premier ep il y a…
  • 10000
    Oh, je sais ce que j’ai dit ça et là ; toute cette mode revival de heavy / doom commence à me gonfler sérieusement. Sauf qu’une fois de temps en temps, une formation parvient à me faire changer d’avis. Et en ce début d’année, c’est le jeune Mansion qui s’en charge.…
  • 10000
    Des arpèges gothiques, un développement long, un feeling un poil neurasthénique et une voix voilée : il n’en faut pas plus pour me fasciner et me convaincre de me lancer à l’assaut de ce premier album des neerlandais de Meadowlake. On peut parler de rock gothique, de dream pop, d’indie rock…
  • 10000
    Je vous avoue que le soir où je me suis lancé à l’assaut de ce « Godspeed », j’avais pas mal de choix, mais j’oscillais surtout entre ce disque et celui d’un combo plus connu (de moi en tout cas) de metal prog. Alors pourquoi celui-ci ? Je ne sais pas. La graphie,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *