SYMO REYN : A time between birth and chaos

De tous temps, la musique s’est nourrie de la passion de ses auteurs, de leur volonté d’aller plus loin avec leur instrument de prédilection, de le réinventer et aboutir à une autre grammaire musicale. Aujourd’hui, nous allons faire connaissance avec le parisien d’adoption Symo Reyn. Né en jordanie, il y étudie le qanoûn, une cithare à 78 cordes. Virtuose de l’instrument, il décide rapidement, aidé par une soif grandissante de marier ses sonorités avec les styles plus modernes qu’il apprécie, de transformer celui-ci, de l’adapter à ses aspirations plus universalistes. Ainsi, il décide de l’électrifier, et conceptualise même un capteur d’ondes sonores qui, fixé sur son instrument, lui apporte d’autres sonorités. N’y voyez pas un gadget ou une lubie ; même pour un novice, ça s’entend, et ça confère aux titres un petit côté science fiction cher d’ailleurs au compositeur. « A time between birth and chaos » est le premier ep du musicien, qui délivre ici un style à la fois respectueux des traditions et moderne dans son approche. Si le son est clairement world music, les quatre titres de cet ep (pour quand même 27 minutes de musique) amènent pourtant plus à l’introspection et nourrissent l’imaginaire qu’ils n’évoquent le voyage. D’ailleurs, si les origines orientales du monsieur transparaissent ça et là, elles ne sont pas omniprésentes, et quelqu’un qui n’y est pas sensible pourra tout à fait apprécier la chose : on pourra même trouver des influences jazz et bossa sur le dernier titre. Un bon premier essai, qui me laisse cependant, comme beaucoup d’ep, un petit goût d’inachevé. Je reste persuadé que Symo Reyn amènera dans un avenir proche sa musique encore plus loin, et peut-être plus proches des rivages que je connais et affectionne.

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Quand je décachette l’enveloppe qui contient ce quatrième album des français de Cuarteto Tafi, je ne peux réprimer un geste de recul. Il faut dire, que, malgré mes origines plutôt méditerranéennes, j’ai toujours eu du mal avec la musique de mes racines. Trop solaire. Côté world music, je me situe…
    Tags: d, ne, plus, l, a, musique, qu, n, world, premier
  • 10000
    Faut-il essayer d'apposer une étiquette musicale à ceux qui cherchent à tout prix à s'en défaire ? Voici une question légitime qu'on peut se poser à l'écoute de « On / off », le cinquième album du libanais exilé en France. Un petit point bio avant tout ; Bachar, après avoir débarqué à l'âge…
    Tags: world, musique, se, plus, petit, music, ne, loin, amour, fort
  • 10000
    Je suis un homme. Et donc, par essence, j'agis souvent comme un connard. J'ai agi comme un connard avec Peroké. Parce que je n'aimais pas son nom. Parce que je n'aimais pas la pochette de l'album. J'ai balancé sans vraiment les lire plusieurs mails me présentant la sortie de ce…
    Tags: plus, titres, ne, a, y, premier, music, world
  • 10000
    Tiens, celui-ci, j’ai failli passer à côté. La pochette me rappelait un Marcel et son Orchestre, je ne connaissais pas le label, le positionnement nature et karma ne me parlait pas… Et puis, bon, faut croire que je suis moins borné que j’en ai l’air, du coup j’ai lancé l’écoute.…
    Tags: l, d, ne, titres, qu, world, plus, a, music
  • 10000
    Yapunto !, c’est un bon paquet de musiciens passionnés par les rythmes latins (neuf pour ce disque, tout de même...), qui ont trouvé en Alexandra Charry, colombienne de naissance et en France depuis 2004 pour poursuivre ses études musicales LA voix qui leur convient. Forts de cette certitude, ils décident de…
    Tags: d, l, premier, ne, n, plus, s, y, music, world

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.