TOOTARD : Migrant birds

« Migrant birds » pose une question assez cruciale en terme de musique ; où est la frontière entre le ringard et l’écoutable ? Entre l’hommage assumé et le bâton tendu pour se faire frapper ? Est-elle définissable collectivement, selon une norme du bon goût, ou se situe-t-elle dans l’esprit de chacun ? J’opterais pour la seconde proposition. Et c’est ce qui m’a fait basculer et souhaiter chroniquer ce deuxième album des frères Hasan et Rami Nakhleh. Car l’orchestration de “Migrant birds” peut dans un premier temps faire sourire ; elle se réduit à pas grand-chose en fait, quelques beats, parfois une guitare, du chant, et surtout, ce qui saute aux yeux, c’est ce synthétiseur Yamaha PSR-62 bourré de sonorités orientales. Pour vous situer ce synthé, c’était du milieu de gamme dans les années 1990 ; il a donc le son de son âge, indéniablement. Alors vous coltiner tout un album avec ces mêmes sonorités peut vous paraître une épreuve. Sauf que les gars ont un sens du groove imparable, et sont des arrangeurs-nés. Entre musique orientale, pop et disco, cet album bâtit un pont, cherche une logique qu’il parvient sans mal à trouver. Alors oui, forcément, les titres ont une certaine tendance à se ressembler. Mais tous sont destinés à éveiller chez leurs auditeurs une irrésistible envie de danser, ne serait-ce que seul dans son fauteuil. Ce disque montre une vraie capacité à rassembler. La musique des frangins s’est nourrie de leur histoire, politique certes, mais surtout musicale, avec pour chaque ballottement de leur région d’origine de nouvelles couleurs ou nuances venant enrichir leur palette. Pour tout dire, même si je savais avoir été sensibilisé à la musique orientale durant ma jeunesse, je ne pensais pas tenir un disque complet de ce régime ; ce disque est donc une complète et bonne surprise !

Instagram

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Jamal Moss est probablement un être complexe. Né d'une famille chrétienne, il s'oriente vers un système de croyance plus ouvert et polythéiste. Il est fort probable que ses proches aient fréquenté des disques plus classiques que le rock industriel et la musique électronique expérimentale qu'il s'infligeait bientôt. Et rien ne…
  • 10000
    Parfois, en attaquant l'écoute d'un album, on ne sait vraiment pas à quoi s'attendre. Pour ce projet du duo français Guido Minisky et Hervé Carvalho, c'est plutôt le contraire ; les intentions sont affichées dès le nom du projet ; allier le charme enivrant des musiques orientales au rythmes obsessionnels de l'acid…
  • 10000
    Troisième album pour la tunisienne Emel Mathlouthi. La belle s'était déjà fait remarquer et apprécier par son style habile, à mi-chemin entre la new world d'influence orientale et la musique électronique la plus planante, du trip hop à l'ambiant. Plus aguerrie et confiante, on s'attend donc à ce que le…
  • 10000
    Avoir des goûts éclectiques m’a amené à bien des découvertes. Depuis que je partage ces découvertes via des critiques, on m’en suggère encore plus. Et depuis que celles-ci sont publiées sur internet, c’est encore pire. Ou mieux, au choix. Enfin, tout ça pour vous dire qu’à présent, j’ai plein de…
  • 10000
    Recevoir des disques, susciter suffisemment de confiance ou de sympathie pour qu'on lui fasse ce cadeau, c'est un peu le saint graal pour un chroniqueur musical. Enfin, au moins pour moi, je ne sais pas ce qu'en penseront les autres. Mais il y a encore mieux que ça ; c'est…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *