SULTAN + SHEPARD : Something, everything

La sphère musicale électro n’est pas forcément à ma portée médiatiquement parlant, et c’est pour cela que j’éprouve plus de difficultés à y dénicher de petites pépites en dehors des « grosses machines » (tout est relatif bien sûr). Mais parfois, je tombe sur un truc que, potentiellement, peu d’entre-vous connaissent, et je me dis que ce serait con de passer à côté. Les clients du jour sont un duo de dj’s et producteurs montréalais, qui se sont précisément rencontré à la fac McGill, et ont décidé de faire cause commune. Depuis, ils ont eu l’occasion de se faire remarquer, et ont collaboré, entre autres, avec Tegan & Sara, Tiesto et David Guetta, remixé Bruno Mars, Lady Gaga, Fatboy Slim, Madonna ou Craig David. Pas vraiment mon rayon non plus, mais ça présente bien quand même. Et donc, pour cet album, les compères ont lissé vers une house teintée de downtempo et d’electro pop. « All that remains » qui ouvre l’album (avec le chant de Fractures), est une merveille du genre, sensible et mélodique. « Don’t forget » est sensiblement plus housy et nerveuse (et 100 % instrumentale), mais conserve une patte élégante. C’est Nathan Nicholson (de The Boxcar Rebellion, pour qui le duo a déjà effectué des remixes) qui vient prêter son organe à « Naama » pour un résultat un peu plus acide. « Salta » est un titre dont la mélodie est piano-driven, peut-être un peu trop attendue mais efficace. « Assassin », titre choisi pour une lyric video, ne porte pas forcément bien son titre et s’avère un peu trop mainstream pour moi. Les deux titres suivants (« Morning at Olio’s » et « Solid gold love ») sont pour moi un peu de la même trempe : bons mais pas transcendants. « Warsaw », tout aussi classique et marquée nineties qu’elle soie, me plaît bien plus. La caressante « White lies » est un peu trop longue à démarrer mais pas désagréable. Mais je lui préfère de loin la plus rythmée « Hold me closer », l’electro pop « Avalanche » qui rappelle le premier titre dans son ambiance, ou la plus raide « Nctrl ». La chanson titre trace une voie médiane entre les deux styles, et enfin « Fourteen » laisse l’auditeur apaisé. Le bilan de tout ça reste très bon même si sur certains passages on a l’impression que Sultan + Shepard se contentent de respecter le cahier des charges du bon morceau electro sans se fouler. Heureusement sur d’autres on frôle la magie !

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Exit Portico tout court, rebonjour Portico Quartet ; chouette ! Le groupe renoue donc avec le trip hop jazzy d’antan pour mon plus grand plaisir, moi qui n’avais pas été très convaincu par sa métamorphose récente. Encore plus aventureux et moderne, le groupe rappelle ici largement un Hidden Orchestra, pourquoi pas un…
    Tags: on, plus, d, se, a, s, hop, trip
  • 10000
    Voilà bien un retour auquel je ne m’attendais pas. Darrell Fitton alias Bola avait fait son trou dans les années 2000 en territoire electronica / electro ambiant avec des albums très sympathiques, et pas encore désagréables à la réécoute («Fyuti » et « Krougrine » font encore des allers-retours sur la platine à…
    Tags: plus, on, d, l, a, electro, titre, downtempo, bien, me
  • 10000
    « Drum therapy », en 2012, avait marqué quelques esprits, dont le mien, avec son trip-hop nébuleux teinté de world music, respectant les codes du genre tout en allant chercher plus loin pour nourrir le genre. Quatre ans plus tard, le canadien remet le couvert. Pourquoi une telle attente ? Apparemment, un besoin…
    Tags: plus, downtempo, a, on, entre, se, hop, trip
  • 10000
    Non, mais sérieusement, faut arrêter. Il faut arrêter de m'envoyer des supers albums. Parce que moi, concrètement, je suis un fétichiste du disque. Et donc, m'envoyer un disque aussi excellent version numérique, ça ne va pas me suffire longtemps. Il faudra tôt ou tard que je le tienne entre mes…
    Tags: plus, entre, electro, se, me, moi, album, downtempo, hop, trip
  • 10000
    Cette chronique est issue d'une histoire compliquée ; je crois d'abord voir en « Living fields » le nouvel album de Portico Quartet. Et puis, je me souviens que, justement, le groupe londonien avait un nom composé. Et, détail qui a son importance, dans mon souvenir pas très lointain, le groupe pratiquait un…
    Tags: on

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.