WHITE VOID : Anti

Lars Nedland est un touche-à-tout du metal. Déjà derrière les manettes de Solefald et Borknagar, White Void délaisse les genres plus extrêmes pour s’attarder plus particulièrement sur le hard rock et le heavy doom. Rien de bien original me direz-vous, les genres ont le vent en poupe depuis un moment, et je commence même à m’en fatiguer, étant inondé de productions de ce type. Oui mais voilà, quand c’est fait par des cadors, ça peut avoir une autre tronche. Et on a pas beaucoup à patienter pour se rendre compte que c’est le cas ici : « Do. Not. Sleep », avec sa double casquette titre introductif / single, nous amène le contrat ; c’est mélodique (le riff est excellent), c’est progressif (si les traces sont à demi effacées, on reconnaît quand même la patte de quelqu’un qui maîtrise les styles plus alambiqués et complexes), et quand même assez direct. C’est un très bon titre, mais je ne peux m’empêcher de penser qu’il le serait encore plus s’il était recentré sur sa mélodie principale, moins « bavard ». Attention, il ne s’étend pas non plus sur la moitié du skeud, il ne compte que 4mn52. Mais avec 45 secondes de moins, il aurait été parfait à mon sens. « There is not frreedom but the end » est à la fois plus évident mélodiquement mais plus long, et ça passe. Difficile aussi de ne pas penser à un Borknagar expurgé de quelques tics. Alors ce n’est « que » ça, White Void ? Non, bien sûr. Si le groupe, à travers le titre de ce premier opus, se propose de chercher (et trouver) le pendant à toute chose, ce n’est pas pour rien ; effectivement, ici on propose une mixture proche de ce que d’autres pratiquent déjà, mais on va plus loin, plus profond. Que voulez-vous ; certaines personnes ne savent pas faire simple. Mais du coup, à qui conseiller cet album ? Aux fans de hard rock doomy ? Ils risquent de le trouver trop compliqué. Aux fans des autres formations de l’auteur ? Oui, même s’ils pourraient prendre ombrage de son côté trop accessible. A ceux qui aimeraient profiter de jolies mélodies et de riffs directs tout en trouvant un peu plus de sens et de virtuosité qu’ailleurs ? Voilàààà. « Anti » est le disque d’amateurs de chansons classic rock seventies qui ont grandi en ouvrant leurs shakras à d’autres styles ; ici les éléments électroniques, blues, psyché et prog ont largement droit de cité. Le mélange de tout ça est digeste car c’est la mélodie qui prime sur tout le reste. Mais au final, si « Anti » est plein de bonnes chansons, j’ai encore du mal à me positionner à son sujet. Objectivement, c’est un beau projet, et rien ici n’est raté. Mais j’aurais peut-être préféré plus de nuances, avec des titres rock plus rock (il y a ici un sacré potentiel) et d’autres plus prog.

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Deuxième album pour les espagnols de Kabbalah, après un premier disque attendu de leur fanbase, puisqu'il a mis une dizaine d'années à arriver. Au programme, un rock très seventies qui flirte largement avec le hard rock et le heavy doom de papa. Mais là où le groupe est malin, c'est…
    Tags: rock, autres, plus, a, ne, doom, hard, metal, amour, fort
  • 10000
    Vous n’en pouvez plus d’attendre le prochain Ghost ? Le (hard) rock seventies vous obsède, vous vous en levez la nuit ? Alors, arrêtez-vous un moment sur ce troisième album des Texans de Warlung. Formé en 2016, le groupe n’a pas chômé depuis, produisant de solides albums d’un genre oscillant entre hard…
    Tags: d, rock, ne, n, plus, autres, c, a, hard, metal
  • 10000
    Et de six pour les américains Bloody Hammers. J’avais découvert le duo sur son précédent disque, qui se positionnait comme une version doom hard rock d’un Rob Zombie ; le look horreur gothique bien vissé, l’amour de la pop song ancré dans l’ADN, et une légère tendance à ronronner. Une sorte…
    Tags: plus, d, rock, doom, a, s, rien, n, amour, hard
  • 10000
    2011. Cinq amoureux du rock seventies décident de lui rendre hommage à leur manière. Vestimentairement, d’abord, et puis musicalement bien sûr : entre hard rock, heavy metal, doom, rock progressif et rock psychédélique, le groupe trace une route pavée de briques tranchantes et pailletées à la fois. On oscille en permanence…
    Tags: rock, on, c, a, plus, n, progressif, doom, metal, hard
  • 10000
    Lee Dorrian a attendu son heure des années durant, peaufinant son heavy doom metal dans la pénombre, se créant une tonne de contacts dans le genre, s’en faisant l’un des principaux promoteurs. Aujourd’hui, son travail acharné paie, puisque le genre a le vent en poupe, aidé notamment par quelques bandes…
    Tags: on, a, ne, plus, metal, n, s, doom, rock, hard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.