OTARGOS : Xeno kaos

otargos_xenochaos

En 2010, « No god, no satan » se jouait de l’imagerie du black metal tout en détournant ses codes purement musicaux, et emportait par la même pas mal de suffrages, dont le mien. Je m’attendais donc bêtement à les retrouver sur le même chemin, la sagesse (pffff) en plus, puisque le groupe n’a pas chômé entre temps. Le lancement très death black de ce sixième album, qui ne tardera pas à se confirmer, me désarçonne donc quelque peu. Quelque part entre Morbid Angel, Aborym et Setherial, le combo français a semble-t-il un peu gommé ses penchants progressifs pour se recentrer sur une intensité et une efficacité appréciables mais qui rendent forcément son style moins « unique ». Moins unique, oui, mais quand même très impressionnant, car les 33 petites minutes ici présentes ne laissent passer aucune approximation, aucune faute de goût. Tout fonctionne à la perfection, chaque titre est une tuerie. Et quand on y regarde mieux, et même s’il le fait beaucoup moins qu’avant, Otargos laisse transpercer quelques passages moins évidents, plus originaux, plus ambiancés. C’est léger, ce n’est pas forcément ce qu’on retiendra le plus, mais ça reste sympa. Ce qu’on retiendra en revanche, c’est la capacité du groupe à produire un black death syncopé, virulent, moderne et percutant. Un très bon disque.

Site officiel

Otargos : Human terminate

Related Posts

  • 10000
    Le black metal français se porte bien, merci. Preuve en est ce troisième album des bordelais de Otargos, qui porte haut la couleur du genre, en pratiquant son art de façon exemplaire. Exemplaire, car le combo part d'une base très classique qu'il agrémente de nombreux éléments "progressifs" bienvenus (alternance de…
  • 10000
    Revoilà nos poètes préférés, après un “Hell Eternal” tonitruant dont les lacérations tatouent encore nos tympans. Et dès le premier titre, c’est une évidence : Setherial n’a pas encore craqué pour la musique lounge. Une baisse perceptible du tempo, certes, mais une véhémence toujours omniprésente qui ne nous laisse souffler…
  • 10000
    Ils sont anglais mais jouent comme des scandinaves, ont un nom à coucher dehors comme des scandinaves et sont signés sur une boîte anglaise qui a fait sa réputation en signant des scandinaves. Là, vous vous dites que je vais vous servir un énième album black intense et brutal. Et…
  • 10000
    Trois ans après un « Sworn To The dark » qui marquait un virage vers plus d'efficacité et de brutalité, Watain nous revient avec un album tout aussi heavy mais plus varié et moins évident. On peut également y percevoir un côté progressif plus prononcé ; Watain, tout puriste du black soit-il…
  • 10000
    Dark Funeral endormi, Setherial en perte de vitesse, rien ou presque ne paraît en mesure de stopper Watain et son "Sworn To The Dark", implacable machine de guerre. Troisième opus maléfique pour ce trio suédois totalement dévoué au malin et à ses sbires. Pas d'effets de manche, pas d'attitude plus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *