Matt BAUER : Dream’s end

mattbauer_dreamsend

Matt Bauer, c’est un nom qui me parle un peu. Bon, je ne vais pas non plus vous bourrer le mou, je ne suis pas spécialiste de son œuvre, mais je sais qu’il est assez grand, chauve, barbu, et qu’il peut être classé dans la catégorie folk. Tout ça, je le sais parce que j’ai acquis il y a un an et des brouettes « The island moves in the storm », le troisième (si je compte bien) album du bonhomme, basé sur une histoire assez sombre mais rendue de façon magistrale en compagnie d’une foule de nom prestigieux. Un disque découvert par hasard, mais apprécié à sa juste valeur. C’est aussi un peu par hasard que j’ai déniché celui-ci, à vrai dire. En pénurie d’autre chose que du métal ou de l’electro, très présents ces derniers temps parmi les sorties, j’ai furtivement entrevu son nom, et me voilà. « Dream’s end ». Un titre qui laisse imaginer un disque tout aussi mélancolique et beau que dans mon frais souvenir. Et il ne faut que quelques minutes pour constater que je suis dans le vrai. Utilisant peu ou prou les mêmes instrumentations, les mêmes structures, les mêmes tics vocaux, l’americana folk décharnée de Matt Bauer parvient donc au même résultat. Ce qui peut le desservir, c’est la simplicité assumée de ses titres, la relative similarité de leurs effets, leurs mélodies en mode mineur. Mais avait-il vraiment une chance de convaincre ceux qui s’arrêteraient à ces détails ? Non, bien sûr. « Dream’s end » s’adresse aux amateurs de chansons folk épurées, dont la lumière se plaît à se dissimuler derrière un voile plus ou moins épais de mélancolie. Un titre comme « Silver orchard » en est la preuve indiscutable. Quant au reste, c’est à n’en pas douter l’une des plus belles réussites folk de l’année !

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Des disques comme « Beautiful you », vous n'en trouverez pas à la pelle sur Adopte Un Disque. Pas parce qu'il est meilleur que les autres, plus original, mieux composé, mieux produit, que sais-je encore. Dans son genre de prédilection, il n'est pas non plus une référence, et ne fera pas forcément…
  • 10000
    Peu de chances que vous ayez déjà entendu parler de Palodine, obscur groupe américain proposant une musique au croisement du blues rock, de l'americana et de la folk. Pourtant, si vous avez dans votre discothèque personnelle un disque de fin de carrière de Sixteen Horsepower, ou mieux, de Woven Hand,…
  • 10000
    C'est un nom de groupe bien singulier que celui-ci. Mais en fait, ce groupe américain ne l'a pas inventé : il s'agit du nom d'une série western des années 50-60. Et c'est assez révélateur du genre musical développé ici. Un compromis entre folk rock, rock indé énergique et americana. Ah, et,…
  • 10000
    Bon, autant vous prévenir tout de suite. « Axis Mundi », c'est l'histoire d'une tragédie. Celle de son auteur, David Lamb, atteint d'une leucémie incurable lors de sa conception, et depuis décédé. On comprendra alors que ce disque ne respire pas forcément la joie et évoque plus le crépuscule que les parties…
  • 10000
    « Algiers », le disque précédent des américains, m'avait impressionné et embarqué de nouveau dans l'univers folk / americana / mariachi des américains, presque aussi bien que ne l'avait fait « The black light » en son temps. Autant dire que la perspective d'écouter ce septième album m'effraie autant qu'elle m'excite. « Falling from the…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *