OTARGOS : No God, No Satan

otargos no god

Le black metal français se porte bien, merci. Preuve en est ce troisième album des bordelais de Otargos, qui porte haut la couleur du genre, en pratiquant son art de façon exemplaire. Exemplaire, car le combo part d’une base très classique qu’il agrémente de nombreux éléments « progressifs » bienvenus (alternance de parties black et limite death/grind, mélodies, claviers et ambiances plus indus à la Aborym, technicité et breaks…). A mi-chemin entre tradition et évolution, Otargos garde tout de même cette aura « true black » qui convaincra les puristes qu’ils sont en face d’un réel conglomérat de mal à l’état pur. Pourtant, il y a ici plus que ça, plus qu’un mixage approximatif reléguant basse et batterie loin derrière, plus que des thèmes trop classiques et des riffs redondants. A l’instar d’un Blut Aus Nord, toutes proportions gardées, Otargos peut se targuer de développer un univers vraiment noir dans lequel il faut faire l’effort d’entrer pour pouvoir l’apprécier à sa juste mesure. Les autres continueront certainement à conspuer la formation. Espérons que cela n’entamera pas la volonté d’Otargos de persévérer dans une voie personnelle même si non dénuée de références…

Paroles de l’album

Site officiel

Otargos : Cloning the divine

Related Posts

  • 10000
    Les anglais m'avaient quelque peu déçu avec leur précédent opus, moins original et plus bourrin que les débuts plus typés black indus. Tant pis pour moi, car le groupe a décidé de persévérer dans cette voie, en renforçant ça et là ses influences clairement heavy metal au travers de refrains…
  • 10000
    Dark Funeral endormi, Setherial en perte de vitesse, rien ou presque ne paraît en mesure de stopper Watain et son "Sworn To The Dark", implacable machine de guerre. Troisième opus maléfique pour ce trio suédois totalement dévoué au malin et à ses sbires. Pas d'effets de manche, pas d'attitude plus…
  • 10000
    Ils sont anglais mais jouent comme des scandinaves, ont un nom à coucher dehors comme des scandinaves et sont signés sur une boîte anglaise qui a fait sa réputation en signant des scandinaves. Là, vous vous dites que je vais vous servir un énième album black intense et brutal. Et…
  • 10000
    Formé en 1988 à Saguenay, au Québec, Necronomicon est de ces combos qui ont une expérience, une assise certaine au sein de leur scène. On parle ici de death / black, un genre qui a vu passer bien des tendances et des modes, auxquelles le groupe a toujours survécu, attaché…
  • 10000
    Le metal serbe, c’est pas celui que je connais le mieux. Pour tout dire, il est même possible que The Stone soit ma première rencontre avec un groupe de cette origine. Et pourtant, « Teatar apsurda » est le huitième album de cette formation. Bon, il me faut vous dire ici que…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *