LISA LI-LUND : Glass of blood

La musique est un art. Et la manière de percevoir une œuvre est, par essence, totalement subjective et donc différente d’une personne à l’autre. Tenez, prenez ce « Glass of blood » : sur la com, j’apprends que Lisa Li-Lund (enchanté) est fan des Rolling Stones, de Bruce Springsteen, de Suicide et Dolly Parton. On pourrait donc supposer que ces influences se ressentent au travers de son art. Et peut-être que de son côté, elle le ressent aussi. Et bien moi non. Pas du tout. Et c’est plutôt heureux, puisque je n’accroche à aucun d’eux. Pour moi, ce « Glass of blood » se situe plutôt à la frontière entre indie pop, folk et electro pop. Rien de bien original pour l’époque à première vue, et pourtant. En fait, Lisa Li-Lund invoque les fantômes, la solitude, le recueillement et l’introspection au travers de ses textes comme de sa musique. Ce qui explique la pochette très Hammer films, et le côté très sixties / seventies ressenti de l’album. Un voile de brume traverse le disque, un romantisme désuet et inquiétant l’habite. Sans forcément qu’il n’y ait de lien autrement que pour l’ambiance, il m’évoque « The ghost who walks » de Karen Elson et le « Misery is a butterfly » de Blonde Redhead. Musicalement, c’est assez léger, très pop, mais quelque chose de plus pesant reste tapi dans l’ombre en permanence. On peut d’ailleurs saluer le travail de production permettant à ces deux éléments de cohabiter en bonne intelligence, chacun à sa place. La franco-suédoise signe un retour à la musique marquant et réussi après quelques années passées à s’éloigner de cet univers dans lequel elle baigne depuis très longtemps. Pour autant, certains tics et structures ont tendance à se répéter d’un titre à l’autre, et quelques longueurs peuvent se faire sentir si on se lance dans des écoutes successives ; « Glass of blood » est donc plus un one-shot à réécouter de temps en temps avec un plaisir renouvelé qu’un disque de chevet. Mais ça reste un bon disque.

Instagram

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Dans le monde merveilleux du rock garage, on prend un malin plaisir à user d’artifices faisant paraître son look, sa musique, son univers tout entier plus vintage que le voisin. Miss Ludella Black est une anciene membre de The Delmonas (cinq albums entre 1985 et 1989) et Thee Headcotee (six…
    Tags: d, on, bien, disque, l, n, rock, temps, c, sixties
  • 10000
    Jeune et fraîche (elle a tout juste 21 ans), Alexandra Savior a pourtant des goûts qui ne correspondent pas vraiment à son âge. Ce premier album se glisse discrètement entre indie pop et pop sixties de grand écran, et promène un spleen vaporeux sur 40 minutes de titres courts et…
    Tags: d, c, disque, pop, n, quelques, l, se, of, sixties
  • 10000
    Depuis des millénaires, on cherche à rassembler les peuples, à amener la paix sur terre, à faire coïncider les visions tronquées de chaque peuple, chaque religion pour qu’enfin on arrête de se mettre sur la gueule pour des conneries sans importance (je vous la fais courte). Depuis tout ce temps,…
    Tags: on, qu, d, rock, pop, se, disque, plus, reste, bien
  • 10000
    Je ne suis pas trop adepte de la logique « label ». Mais c'est vrai que certains déçoivent moins que d'autres. Et Bella Union en fait incontestablement partie. Aujourd'hui, on découvre donc le troisième album de Billie Lindahl, jeune femme à la voix douce, fragile et envoûtante, qui promène son timbre particulier…
    Tags: se, folk, pop, plus, fort, disque, bien, sixties, of, on
  • 10000
    En 2010, lorsque « The ghost who walks », superbe premier album de la jeune femme voit le jour, beaucoup y voient seulement l’exploitation d’une voix certes splendide par le grand Manitou Jack White, alors compagnon à la ville autant qu’en studio de Karen Elson. Un divorce en 2011, et hop, plus…
    Tags: plus, l, se, qu, pop, d, on, rock, folk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.