Garland JEFFREYS : 14 steps to Harlem

Monsieur Jeffreys, 73 printemps, nous revient avec un disque toujours à la croisée des chemins du rock, de la soul, du blues, de la pop, du rhythm n’ blues et du reggae. Un style à la fois très personnel et marqué par un feeling doublement vintage qui nous rappelle que le bonhomme a eu un parcours musical long et riche, de sa rencontre musicale avec Lou Reed à ses collaborations avec John Cale, Dr John ou Bruce Springsteen… Ce quinzième album qui porte les stigmates de son expérience autant que de son identité de noir-américain ayant grandi dans une époque baignée de rock n’ roll ne lui apportera certainement pas de nouveaux fans. Mais ceux qui apprécient le rock classique et ouvert seront enthousiasmés par ce disque qui, malgré son côté tranquillou, prouve que le monsieur n’a rien à envier à certains rockeurs beaucoup plus médiatisés ; musique de ieuv, peut-être (Oui, Garland regarde pas mal dans le rétroviseur, mais c’est humain), de papy, certainement pas jeunes garnements ! On appréciera la relecture du « Waiting for the man » de Lou Reed, et surtout celle, transfigurée façon laid-back, du « Help » des Beatles. Le reste n’est pas mal du tout bien que je n’y sois pas super sensible, mais si vous voulez faire découvrir à papa autre chose que le dernier album des Stones, « 14 steps to Harlem » tombe à point nommé !

Site officiel

Garland Jeffreys : 14 steps to harlem

Related Posts

  • 10000
    Lui, je ne l'ai pas vu arriver. De son angleterre natale, Saint Leonard nous envoie un premier album sympathique aux confins du rock retro et du rock indé. Les influences et époques s'entrechoquent, la voix très légèrement éraillée et pleine de charme de l'auteur se charge de lier le tout.…
  • 10000
    J'avais bien accroché au premier album de Jet, qui revisitait le rock classique en lui donnant un petit coup de jeune. J'avais fait l'impasse sur le deuxième, faute de temps, et occupé par d'autres contrées musicales. Je décide de m'y remettre avec ce « Shaka Rock » dont on a pas vraiment…
  • 10000
    La country est l’une des mamelles de la musique américaine. Alors quand des musiciens reconnus décident de jouer à « back to the roots », on est pas étonnés qu’ils en prennent le chemin, quel que soit leur genre de prédilection. Greg Graffin, pour ceux qui ne le connaîtraient pas, est le…
  • 10000
    S’il est l’un des plus vieux représentants du genre psychobilly en Europe, Batmobile n’est pas non plus le moins actif. Voyez donc ; il signe ici son quatorzième album depuis sa formation en 1983. Le point commun de l’ensemble de ses productions ? Du fun, du second degré, du rock, de l’énergie…
  • 10000
    La loose. « I own you » est rien de moins que le cinquième album de Mick Flannery. Je n'ai même pas la queue d'une piste sur le bonhomme et son parcours. Et en écoutant la chanson-titre qui déboule dès le lancement de la galette, je suis direct sur une mauvaise piste :…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *