LANTERNS ON THE LAKE : Spook the herd

Lanterns On The Lake, si on ne les connaît que peu par ici, se sont fait un petit nom dans leur domaine, la dream pop, en angleterre, avec leurs trois précédents albums. Ce qui est intéressant chez ce groupe de Newcastle, c’est que de dream pop, ils n’en ont pas tout l’attirail. Ah, oui, il faut que je vous dise ; je ne goûte que peu à la dream pop. Ici donc, les traces de titres capitonnés de coton, employant des subterfuges sonores psyché, baignant dans un bain shoegaze et portés par une voix contemplative interchangeable peuvent être repérées, mais sont la plupart du temps balayés par le vent, recouverts d’une surcouche plus « palpable ». Lanterns On The Lake a une vraie chanteuse en la personne de Hazel Wilde, ancrant en territoire pop indie une musique plus folk et progressive que celle de ses confrères / consœurs, et bien à sa place chez Bella Union, entre Devics, Howling Bells, Midlake et Promise and The Monster. Toujours mélancolique, souvent majestueuse, la musique des britanniques touche par son apparente simplicité qui va pourtant chercher beaucoup plus loin que des rythmes et influences binaires. Assez purs, faisant la part belle aux instruments « classiques » (piano, voix, guitare, violon), les neufs titres de ce quatrième opus ne cherchent jamais à noyer le poisson, et respirent la sincérité ; ça ne fera certainement pas du combo la hype du moment, mais ça lui confère une aura apaisante et universelle. Ce qui, paradoxalement, nous amène mieux au délassement et au rêve que des effets de studio. Constatez-le vous-même rien qu’en lançant la première chanson, « When it all comes true », qui se charge de vous mettre dans l’ambiance d’un album ample, beau et réfléchi, qui à coup sûr s’attirera autant de bienveillance médiatique et on l’espèce, publique que ses prédécesseurs !

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Lanterns On The Lake sort en 2015 son troisième album. Vous décrire le genre pratiqué ici ? Une pop tragique et belle, se nourrissant de folk, de rock indé, d'éléments baroques. Mais ce serait minimiser l'impact des 10 titres de ce disque. Flamboyants, amples et ambitieux, ils occupent l'espace d'une manière…
    Tags: on, lanterns, lake, the, pop, rock, indie, folk
  • 10000
    Autant vous prévenir, malgré ses dix ans au compteur et ses trois autres albums derrière lui, je ne connais pas Howling Bells. Je n'en ai même jamais entendu parler. Et c'est justement pour ça que je m'y intéresse. "Heartstring", donc, est un disque d'un groupe qui à priori n'a plus…
  • 10000
    En 2014, je découvrais Howling Bells avec « Heartstrings » et en gardai un souvenir mitigé. J’y voyais un potentiel un peu gâché par un positionnement pas vraiment assumé, à cheval entre deux mondes, celui du folk rock indé et celui de la pop plus ouverte. Lorsque ce disque de Juanita Stein…
  • 10000
    En 2017, avec « America », Juanita Stein accouchait d’un disque laid back folk joli mais pas transperçant non plus. Une petite année plus tard, la revoici avec, euh, c’est quoi ça ? Un album, un ep ? Je serai tenté de pencher pour la première solution. Les disques d’une demi-heure sont en train…
    Tags: plus, d, l, the, ne, album, a, c, folk, pop
  • 10000
    Je ne suis pas trop adepte de la logique « label ». Mais c'est vrai que certains déçoivent moins que d'autres. Et Bella Union en fait incontestablement partie. Aujourd'hui, on découvre donc le troisième album de Billie Lindahl, jeune femme à la voix douce, fragile et envoûtante, qui promène son timbre particulier…
    Tags: the, promise, monster, and, se, folk, ne, pop, plus, opus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *