EDITORS : In dream

editors_indream

Plutôt décrié, « In this light and on this evening » m’avait pour ma part assez plu dans son ambition de ressusciter la cold wave. Sa suite directe, qui opérait un volte-face gênant, m’avait moins emballé, et je m’abstins même d’en parler ici, faute de temps et d’envie. Alors ce « In dream », cinquième album des britanniques, je m’en méfie un peu, j’y entre à pas de loup. Et je n’ai pas tout à fait tort, puisqu’il démontre encore une fois la versatilité du groupe de Tom Smith. Car celui-ci est bien revenu à des sonorités très 80’s, quelque part entre les sonorités d’Erasure (falsetto inclus) et les chansons mélancolico-dansantes de l’époque, à la « Fade to grey » de Visage. Beau et tragique, « In dream » compte d’authentiques tubes, l’imparable et entêtante « Life is a fear » en tête, suivie de près par des tueries comme « Our love », « No harm » ou « Forgiveness » . On y trouve un groupe qui se fait plaisir certes, mais n’oublie pas de jouer de son propre son, d’expérimenter dans les limites de sa palette musicale. La réintégration de l’electro est bien sûr une bonne surprise et un élément déterminant, puisque la liberté que le genre amène est grande. Mais Editors va plus loin que les territoires qu’il a déjà traversés, n’hésite pas à se faire moins grandiloquent, plus intimiste, plus lumineux, sans que cela étiole sa personnalité. Au final, tous ces petits changements aboutissent à un disque moins noir, de soirée d’automne plus que de nuit d’hiver. En tout cas, Editors a pondu ici un excellent album !

Paroles de l’album

Site officiel

Editors : No harm

Editors : Life is a fear

Related Posts

  • 10000
    Cela a suffisamment été claironné, le Editors nouveau est différent. Peut-être lassé de la guéguerre qui l'oppose à Interpol, le groupe a décidé de se remettre en question, et de changer d'angle d'attaque, pour s'orienter vers une expression qui doit plus à l'électro-pop qu'au rock vénéneux. Pourtant, c'est par une…
  • 10000
    Marrant comme les albums des frères ennemis Interpol et Editors sortent pile à la même période ! Un peu comme si la part de marché réservée aux fans de Joy Division ne pouvait supporter la concurrence. Alors comment va-t-on les départager ceux-ci ? Comparer les timbres respectifs de Paul Banks…
  • 10000
    Après un premier album vraiment sympa mais qui les a classés directement dans la catégories "seconds couteaux de la scène revival Joy Division" juste derrière les cadors Editors et Interpol, White Lies a plutôt intérêt à assurer pour ce deuxième album. D'autant plus que le premier s'est classé n°1 en…
  • 10000
    Les derniers albums d'Interpol et Editors digérés, I Love You But I've Chosen Darkness endormi, She Wants Revenge en panne d'inspiration, il fallait quelqu'un pour consoler les fans de revival cold wave. Le trio anglais White Lies, toujours prêt à dépanner les copains, arrive donc à point nommé. Entre les…
  • 10000
    Il est loin le temps d'« Echoes ». A l'époque, The Rapture était le challenger, le second couteau, le besogneux, qui avait droit à un petit quart d'heure de gloire après un « Mirrors » passé inaperçu. Depuis, ceux qui lui damaient le pion (Interpol et Editors en tête) l'ont sacrément distancé. Depuis, The…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *