LA PIETA : La moyenne

La Pietà et moi, c’est l’histoire d’une rencontre jamais arrivée. C’est par le biais d’un mail lu tardivement que j’apprends l’existence de ce projet, pourtant né il y a quelques années, avec l’idée et l’ambition de délivrer son auteur d’une partie de ses frustrations, pensées et observations sur le monde qui l’entoure, l’afflige, et sur elle-même, la façon dont elle s’entoure et elle s’afflige. Et ce qui me frappe surtout ici, c’est la façon dont elle pointe avec des mots crus et justes ce qui se passe sous mon crâne dégarni. « La moyenne », c’est elle, c’est moi, c’est vous aussi peut-être. Ici, ce titre-phare, déjà connu sous une forme bien virulente, se voit déshabillé, expurgé de sa musicalité, outre celle du texte. La version slam permet de bien jauger / juger le texte, et a le mérite d’écrémer l’auditoire ; si tu passes pas ça, t’as rien à foutre ici. Et puis autant s’habituer, parce que le texte de « J’ai peur » n’est pas moins égratignant. La Pietà est un massif montagneux fait de pics acérés et de chutes abruptes, qui nous renvoie notre écho, mi moqueur mi gêné pour nous. Et je ne vais pas vous dire que ce n’est pas fatiguant, d’être mis face à ses propres échecs, sans trop d’espace pour se retourner sur la corniche : « La moyenne », le disque, est un ensemble de titres qui touchent forcément, puisqu’ils sont le reflet de tout ce qu’on exprime pas habituellement, et à quoi Virginie Nourry a décidé de donner corps, d’y transférer une partie de son âme, celle qui pèse le plus sur son quotidien. Mais nous, qui sommes-nous dans l’affaire ? Osiris, présidant le tribunal de la pesée de l’âme ? Thot, accompagnant celle-ci ? Ou la balance elle-même, observateur impudique et juge impartial de l’humanité ? Un peu tous à la fois, tour à tour, probablement. En tout cas, c’est un panorama assez complet des failles de nos semblables, de celles qu’on peut voir dans le miroir qui nous est proposé ici. Musicalement, il y a du slam, je l’ai déjà dit. Mais ce sont les aspects rock, la rage punk qu’on retient le plus. On trouve aussi des éléments electro, dispersés ça et là, pour apporter de la diversité, et d’une forme de poésie crue, cruelle. Au final, « La moyenne » est un disque aussi essentiel qu’il est complexe et bourratif : impossible pour moi de l’aimer en entier, et inimaginable de le rejeter en bloc ; parce que c’est une œuvre pure, courageuse et magnétique.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Depuis Sté Strausz, le rap féminin français en a fait, du chemin. Plus obligées de jouer les sidekicks, de faire ami-ami avec les grands frères en quête d'un parrainage forcément déplacé, les rappeuses se sont cherchées. Car peu importe le sexe ou la sexualité, le genre reste bourré de raccourcis…
  • 10000
    Formé en 2015 par de vieux briscards de la scène rock française, La Poison est un projet caractérisé par une envie de faire autre chose que ce qu’on peut trouver actuellement sur la scène française et internationale. Au programme, un mélange habile entre electro-pop, rock indé et electro rock, avec…
    Tags: rock, on, s, l, a, qu, se, alternatif, c, y
  • 10000
    Revoilà Luke avec son deuxième effort discographique. Toujours fortement chargé d'influences Noir Désir, tant au niveau de la voix que de la musique, le groupe a quelque peu évolué dans sa démarche et se montre un peu plus personnel parfois. Bon soyons honnêtes, lorsqu'on écoute un album de Luke, c'est…
    Tags: rock, français
  • 10000
    Ce nouvel album de Deportivo est l'occasion de s'interroger sur la place du compositeur et du producteur au sein d'un enregistrement, et du poids social de la mode. Car « Ivres et débutants » a été produit par Gaetan Roussel, meilleur ceci, meilleur cela, et donc proclamé vérité absolue et modèle par…
    Tags: on, se
  • 10000
    La Canaille, c'est un peu un Zone Libre avec une voix masculine mais paradoxalement moins de testostérone que le collectif de Serge Teyssot-Gay et Casey ; moins rock, plus posé, plus métissé musicalement, plus sombre aussi. Mais pourtant proche. Du flow froid et rampant de Marc Nammour, de ses textes…
    Tags: se, rock, français

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *