JIL IS LUCKY : Manon

Jil-IsLucky-Manon-Cover

Jil Is Lucky, pour moi, ça restait l’emblématique (et très réussi) « The wanderer », fulgurance pop folk en forme de tube imparable. J’étais donc à cent lieues, en recevant ce troisième album, de m’imaginer le virage décisif que celui-ci prendrait. Car de pop folk, il n’en est plus du tout question ici. Jil Bensénior a choisi de s’exprimer presque intégralement en français (quelques bribes de la langue de Shakespeare subsistent ici et là), et de transformer également sa musique en une rencontre impromptue entre le 8-bit et la chanson française aux orchestrations neo-classiques soyeuses. Un mélange qui marche plutôt bien et qui sert totalement la cause de cet album concept qui retrace l’épopée amoureuse du narrateur et de Manon, lolita aux mœurs plus que légères qui le fait passer par tous les états possibles. Cette histoire d’amour un peu unilatérale donne l’occasion de marier légèreté et gravité, modernité et classicisme, poésie et images crues. Jil Is Lucky s’en tire vraiment bien, et dépeint avec justesse l’état de dépendance affective qui peut s’installer peu à peu et nous faire renoncer à tous les droits et devoirs envers soi-même, jusqu’au renoncement. Bon, ceci dit, « Manon » ne s’adresse pas au même public que les œuvres précédentes du bonhomme, ça c’est certain. Mais je ne doute aucunement qu’il trouvera son public. Moi qui suis à priori assez insensible à la pop française, aux histoires d’amours contrariées, j’ai trouvé ce disque très bien construit au niveau scénographie musicale, et globalement apprécié le traitement de l’ensemble, même si quelques titres comme « Une lumière orange » et les trois derniers titres m’ont fait un peu reculer. J’aurais certes aimé un peu plus de nuances dans la voix de Jil, pour ressentir mieux les montagnes russes émotionnelles de l’histoire, mais « Manon » tient tout de même ses promesses et se révèle être un bon disque, ambitieux à raison.

Paroles de l’album

Site officiel

Jil Is Lucky : Le goût de l’aventure

Related Posts

  • 10000
    Oui, je sais ce que vous pensez. Mais non, je n'écoute pas ce disque par dépit. Il se trouve que depuis quelques temps, je trouve les singles de la québécoise fort plaisants. En 2013, j'ai sauté le pas, et écouté « Blonde ». Sans trop de surprise, ça n'a fonctionné qu'à moitié.…
  • 10000
    De la chanson pop francophone, je ne connais pas grand-chose. Tout simplement parce que la plupart du temps, ça ne m’intéresse guère. Trop léger, trop typé chanson, un peu trop gnan-gnan, c'est un genre de magiciens ; ses acteurs me font perdre toute motivation à continuer l'écoute. Mais, oui, quand on…
  • 10000
    Le rock français, ça n'a jamais été ma came. Alors ce deuxième album d'un groupe français au nom rappelant un tube tiédasse de Christophe ne m'inspire pas des masses. Mais bon, si on m'a envoyé ce disque, c'est bien qu'on a pensé que ça pourrait me provoquer autre chose que…
  • 10000
    Je goûte très peu de chanson française. Ou plus exactement, je suis très sélectif. Gourmet ? Non. Toujours est-il que trouver un album qui me plaise dans ce genre relève de l'exploit. Pourtant, certains y parviennent. Pour cela, il leur faut user de stratagèmes retors ; détourner les codes de la chanson,…
  • 10000
    On peut accuser Emilie Simon de beaucoup de choses. De jouer de son physique et son joli minois sur ses pochettes aguichantes, d'abord. Mouais. En même temps, c'est un ravissement pour les yeux. Difficile de ne pas craquer sur son visage d'ange aux traits délicats et au regard désarmant. On…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *