JEDI MIND TRICKS : The thief and the fallen

jedimindtricks_thethief

Le temps passe vite quand on s’amuse ; jamais je n’aurais su dire que trois ans étaient déjà passés depuis « Violence begets violence », le septième et précédent album des américains. Est-ce qu ‘ils m’avaient manqué ? Oui et non. Un disque de Jedi Mind Tricks est rarement décevant, et si ces derniers temps, ils s’avéraient moins marquants que par le passé, ça devrait quand même le faire. Et peut-être encore plus, car ce huitième opus voit le retour aux affaires de Stoupe The Enemy of Mankind, qui avait jeté l’éponge depuis 2011, ayant selon son acolyte « perdu sa passion pour le hip-hop ». Un tel retour devrait donc signifier beaucoup pour la créativité du groupe et la richesse de ses instrus. Hélas, après découverte de ce nouvel opus, il n’en est rien ou presque. Certes, on trouve ici plus de démonstration technique et de collages mélodiques que sur le précédent, mais au final, je ne trouve pas que les titres s’en trouvent forcément mieux servis. La présence d’invités devrait apporter un peu de diversité, mais en prenant juste l’exemple d’Eamon, c’est complètement foiré sur la trop plan-plan « Fraudulent cloth », et je ne l’entend pratiquement pas sur la suivante « And god said to cain ». Pour ne rien vous cacher, l’ensemble est plutôt très moyen. Certes, le timbre bien rough de Vinnie Paz fait passer de bons moments, certains titres sont plutôt efficaces, riches en gimmicks marquants, mais on reste sur notre faim. Alors oui, je sais, j’ai été un peu dur sur ma notation et pousser jusqu’au 7 par sympathie pour Jedi Mind Tricks, mais on est pour moi loin d’être revenu au niveau des grands classiques ; le groupe assure le taf, et ça s’entend. Un peu d’huile dans la machine, et ça sonnera moins mécanique.

Paroles de l’album

Site officiel

Jedi Mind Tricks : Deathless light

Related Posts

  • 10000
    Septième album pour les ricains de Jedi Mind Tricks et leur hip hop sombre et violent. Enfin, surtout pour Vinnie Paz, aujourd'hui seul aux commandes après le départ du pilier du groupe Stoupe The Enemy Of Mankind, préférant se concentrer sur d'autres projets. Le résultat d'un tel remaniement de personnel…
  • 10000
    Le rap de blancs, ça existe ? Il paraît en tout cas. Un groupe comme Cypress Hill est connu pour s'attirer l'intérêt des fans de rock "white trash". Il y a quelques années, emboîtant le pas à une formation comme Gravediggaz et emmenant le concept encore plus loin, des artistes…
  • 10000
    Blacastan, c'est un mc que j'ai déjà apprécié via un « Me against the radio » en 2007, et un « Master of reality » un peu plus tard. Un flow classique, un timbre posé et efficace, un style entre old school et indie rap qui me parle bien. Stu Bangas, c'est un gus dont…
  • 10000
    J'ai découvert Necro avec son précédent album "Death Rap" il y a 2 ans, et je guette depuis une nouvelle sortie, convaincu que je suis du talent du bonhomme, inconstant certes, mais au phrasé si typique et au propos si particulier qu'il en devient salutaire pour un univers hip-hop beaucoup…
  • 10000
    Depuis 1991, Ron Braunstein alias Necro crache son rap hardcore sur fond de mixes aux sonorités gothiques et metal, creusant peu à peu le sillon d'un hip hop de blanc-becs nourris au rock. Car le monsieur a passé quelques années de sa jeunesse a jouer de la guitare pour un…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *