JAMES SUPERCAVE : Better strange

James-Supercave-Better-Strange-LP-cover-e1454527524803

Le premier album de ces américains pose une fois de plus la question cruciale du positionnement du single. Ici, « Better strange », le single, est placé au tout début d’album. Ce qui peut être considéré comme une très bonne idée, puisqu’il est imparable, mais qui peut tout aussi bien jouer en la défaveur de la formation, car l’excellence du titre crée une attente. Et effectivement, ledit titre montre une image electro pop indé du groupe qui ne correspond pas tout à fait à sa personnalité riche et aventureuse. Si bien que le beaucoup plus pop psyché « Whatever you want » désarçonne un peu. Mais malin, James Supercave embraye avec un très bon « Burn » qui rappelle le single sans le singer. La machine est lancée. Elle oscillera pendant 47 minutes entre sagesse et douce folie, revisitant les codes de l’electro pop au travers de réussites indies plus exigeantes. On a donc pas de tueries dancefloor, de tubes radiophoniques, mais on a de très bons titres, évoquant une rencontre entre un Notwist, un Home Video, un Mansun : prenez le titre précité, « How to start », « Get over yourself »… Prenez-les tous, même, tiens, ça ne vous fera pas de mal, parce que ce disque sera vraiment une très bonne découverte pour ceux qui cherchent du rythme intelligent !

Paroles de l’album

Site officiel

James Supercave : Better strange

James Supercave : The right thing

Related Posts

  • 10000
    "No certain night or morning", premier album des New Yorkais, m'avait soufflé par sa faculté à mélanger electro pop inventive et indie pop à la Radiohead (dont on pourrait franchement croire que les deux groupes partagent le même chanteur). Mais plus que la forme, c'est le fond qui m'avait séduit…
  • 10000
    L'an dernier, le combo australien The Acid avait été, rayon électro, un sacré beau cadeau. Aujourd'hui, voici son vocaliste Ry X avec un nouveau projet, toujours en territoire électro. Si ça ressemble pas à un rendez-vous arrangé, ça... D'emblée, « Signs » dévoile une facette tout aussi électronique et travaillée, mais encore…
  • 10000
    Les productions trip-hop ne courent pas les rues. Alors celles venues d'Australie, n'en parlons pas ! Et bien si, justement, parlons-en de ce "Liminal" tout en douceur et en retenue. Étrange union d'une pop indé caressante et mélancolique, de mélodies electro-pop dansantes et d'expérimentations électro, ce disque est un cocktail…
  • 10000
    Attention, ce nouvel album de The Notwist n'est pas un nouvel album de The Notwist. Enfin, si, dans le sens où on y retrouve (presque) tous les éléments représentatifs de l'identité du groupe : douceur, mélancolie, expérimentation, electro-pop, indie pop, post rock. Mais pas de voix à l'horizon, ou alors juste…
  • 10000
    Est-ce que les allemands de The Notwist, avec du temps et du recul, avaient également perçu dans le prédécesseur de ce "Close to the glass", j'ai nommé "The devil, you & me", un certain immobilisme , un manque de prise de risques ? En tout cas, ils nous reviennent six…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *