YOUNG THE GIANT : Home of the strange

youngthegiant_home

Troisième album pour les américains de Young The Giant, avec toujours en point de mire la pop song parfaite. Pop, oui, mais métissée. Oh, pas métissée dans le sens ethnique du terme ; plutôt un métissage stylistique. Young The Giant fait se mêler pop, big rock, electro et groove pour un résultat actuel et entraînant. « Amerika » ouvre le bal tout en douceur. « Something to believe in » sent un peu plus le single, avec son refrain accrocheur en falsetto. « Elsewhere » est un trait d’union efficace entre les deux. « Mr Know-it all » joue la légèreté, là où « Jungle youth » sort les guitares un poil plus rock. « Titus was born » est un petit tube electro-pop propre sur lui, « Repeat » est un titre d’attente, sans plus, « Silvertongue » est un autre tube imparable, et on finit l’écoute tranquillement avec « Art exhibit », « Nothing’s over » et « Home of the strange », gentils titre pop rock indé ni trop plats ni trop énervés. Au final, ce disque s’avère sympathique mais présente un intérêt plus que limité pour les amateurs de nouveautés indie. Suivant !

Site officiel

Paroles de l’album

Young The Giant : Silvertongue

Young The Giant : Something to believe in

Related Posts

  • 10000
    Inconnu pour moi jusqu'aujourd'hui, Mozes And the Firstborn est pourtant l'auteur d'un premier album remarqué en 2012 par d'autres plus au fait que moi. Cependant, ce deuxième opus étant apparemment beaucoup moins belliqueux que le premier, mon oreille vierge n'est pas si différente qu'une autre plus aguerrie à l'écoute de…
  • 10000
    Leur nom peut certes faire penser le contraire, mais Coastgaard sont vraiment des citadins. Né à Brooklyn, le groupe nous propose ici un deuxième album ensoleillé qui navigue entre influences rétro bien assumées et digérées et indie pop moderne. En douze titres courts, il parvient sans mal à nous convaincre…
  • 10000
    Trio de londoniennes au look ouvertement baba cool, Stealing Sheep n'est pas du genre à se prendre la tête. Sa musique est à leur image ; simple, immédiate, ouverte et joyeuse. Entre électro-pop nouvelle et indie pop psychédélique, elle pourrait être rapprochée d'un Alt-J ou d'un Unknown Mortal Orchestra. En dix…
  • 10000
    Croisés il y a deux-trois ans sur une compil indie pop, les estoniens de Ewert and the Two Dragons m'avaient laissé un très bon souvenir, celui d'une pop simple et entraînante. Ayant perdu de vue mon objectif d'alors de les découvrir sur disque, c'est avec de nombreux mois de retard…
  • 10000
    Le premier album de ces américains pose une fois de plus la question cruciale du positionnement du single. Ici, « Better strange », le single, est placé au tout début d'album. Ce qui peut être considéré comme une très bonne idée, puisqu'il est imparable, mais qui peut tout aussi bien jouer en…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *