JAKETHEHAWK : Hinterland

A regarder la pochette de ce troisième album du groupe natif de Pittsburgh en découvrant les toutes premières secondes de « Counting », on pourrait se dire qu’on va se faire un disque de hippies. Oui, possible, mais des hippies modernes alors, de ceux bercés trop près du mur d’enceintes, option infusion d’herbes « médicinales » dans le biberon du matin. Jakethehawk présente son art comme du « desert rock des Appalaches ». Dans les faits, on a un style qui doit autant au heavy doom qu’au shoegaze, mais doté d’une voix claire (les trois quarts du temps), qui confère au genre un côté plus accessible aux « non metalleux ». Bien sûr, les six titres de ce disque restent marqués par une lourdeur et une puissance sonique typique, mais effectivement, on ne peut que valider le qualificatif « rock ». D’une durée moyenne de six minutes, les titres ont l’intelligence de ne pas se perdre en conjectures : le riff, le riff, toujours le riff. On y ajoute quelques variations, des variations d’intensité aménagées par des passages plus calmes et bucoliques ça et là, mais globalement on est pas bousculés, on reste dans un schéma assez classique, et les aspects les plus psychédéliques du groupe ne sont pas de nature à nous perdre dans un océan d’images kaléidoscopiques. En fait, Jakethehawk est capable d’un certain raffinement pour le genre ; un titre comme « Still life » pointe bien ça à mon sens, utilisant même les gros riffs avec parcimonie au sein d’une construction intelligente et particulièrement efficace. L’utilisation quasi-systématique de parties de guitares acoustiques ou semi-électriques aère les morceaux et nous fait apprécier plus encore les montées de son. « Hinterland » est un disque dont on ne perçoit pas immédiatement les qualités, mais qui distille au fur et à mesure de l’écoute un plaisir qu’on avait rarement éprouvé, par le biais d’un dosage vraiment juste de lourdeur et légèreté. Cool !

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Vous pensiez que le stoner était la propriété privée des USA ? Alors c'est que vous n'avez jamais posé une oreille sur un disque des italiens de Mr Bison. Certes, le patronyme du groupe peut évoquer les USA, mais c'est bien d'Italie que nous vient ce quatrième album du groupe. De…
    Tags: groupe, disque, on, ne, bien, stoner, desert, a, rock, plus
  • 10000
    Dust & The Dukes est un power trio italien qui définit lui-même sa musique comme « desert rock », et cherche à allier la tradition blues à quelque chose de plus heavy et mordant. Au travers des dix titres de ce court premier album (une petite demi-heure), le groupe revisite à sa…
    Tags: on, d, groupe, titres, l, qu, plus, rock, genre, a
  • 10000
    On a tôt fait d'enterrer le grunge avec la plupart de ses défenseurs de la belle époque. Il faut dire que pas mal s'étaient eux-mêmes détournés du « droit chemin » avant de disparaître ou plus simplement d'être oubliés. Pourtant, depuis quelques années, on voit fleurir les formations qui fomentent un putsch…
    Tags: on, se, bien, plus, a, rock, hard, metal, amour, fort
  • 10000
    Arcadian Child est chypriote, et apparemment son rock psychédélique a été influencé par sa position géographique, à la rencontre de la culture occidentale et orientale. C’est du moins le constat que l’on peut effectuer à l’écoute de ce « Protopsycho », troisième album du groupe. « Snakecharm » affiche déjà cette volonté de métissage,…
    Tags: plus, l, rock, on, bien, d, desert, a, amour, fort
  • 10000
    En 2018, ce groupe québecois arrivait tous chromes dehors avec sous le bras un premier album bien velu de stoner hard rock bluesy. A priori, on va embrayer sur la même chose pour ce deuxième opus, que le groupe a souhaité aussi naturel que possible. Si elle se présente comme…
    Tags: rock, groupe, on, bien, plus, a, stoner, se, ne, disque

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.