WARLUNG : Optical delusions

Vous n’en pouvez plus d’attendre le prochain Ghost ? Le (hard) rock seventies vous obsède, vous vous en levez la nuit ? Alors, arrêtez-vous un moment sur ce troisième album des Texans de Warlung. Formé en 2016, le groupe n’a pas chômé depuis, produisant de solides albums d’un genre oscillant entre hard rock, heavy metal soft et rock psychédélique, le tout clairement orienté rétro. Un style qui pourrait plaire autant aux fans de revival heavy doom qu’à ceux qui ne jurent que par le classic rock, puisque Warlung ne cherche jamais à donner dans la surenchère ; pas de son plus gras que les autres, pas d’instrument fétiche, pas de fioritures inutiles. La voix, elle, se fait souvent aérienne, un peu à la manière d’un Layne Staley (Alice In Chains). Bref, Warlung a fait le choix de ne pas innover, mais d’arpenter un chemin bien balisé et connu d’un public avide de retrouver leurs charentaises musicales. N’y voyez rien de désobligeant, mais c’est un fait : oui, « Optical delusions » est vraiment un très bon disque du genre, mais il s’avère quand même assez plan-plan. Ce qui explique ma lenteur à en publier la chronique (le disque est quand même sorti en octobre 2020). Alors pourquoi je me suis décidé tout de même ? Pour la raison énoncée ci-dessus ; malgré son côté attendu, cet album remplit largement ses promesses, chaque chanson étant parfaitement calibrée selon un cahier des charges exigeant et précis, avec cet entrecroisement perpétuel entre thèmes mélodiques sombres et écriture pop, le tout magnifié par un jeu de guitare exemplaire. Et c’est quand même confortable de retrouver du bon gros rock sans risquer d’être déçu par un surcroît d’orgueil mal placé ; bref « Optical delusions » fait un peu comme les autres, mais le fait mieux.

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Le rock d'antan a le vent en poupe. Même chose pour le heavy metal. Et il n'y a pas de quoi s'en plaindre, puisque ces genres recèlent de véritables pépites. Si on m'avait dit il y a quelques années que mes enfants chantonneraient du Led Zeppelin, du Fleetwood Mac ou…
    Tags: ne, rock, a, plus, heavy, metal, disque, album, hard
  • 10000
    On a tôt fait d'enterrer le grunge avec la plupart de ses défenseurs de la belle époque. Il faut dire que pas mal s'étaient eux-mêmes détournés du « droit chemin » avant de disparaître ou plus simplement d'être oubliés. Pourtant, depuis quelques années, on voit fleurir les formations qui fomentent un putsch…
    Tags: plus, a, rock, hard, metal, amour, fort, durable, homme, jeune
  • 10000
    Mais quel joyeux bordel par ici ! Dead Quiet, petits gars de Vancouver, pratiquent un genre entre stoner, heavy metal, rock et doom. Jusque là, rien de bien exceptionnel. Mais avec une bonne touche seventies dans les claviers (qui vient d’arriver, mais moi je découvre le groupe avec ce disque), et…
    Tags: c, disque, a, album, metal, heavy, d, genre, ne, doom
  • 10000
    Sorte de croisement contre-nature entre Ghost et The Polyphonic Spree, ce groupe anglais fait probablement partie des formations les plus WTF de cette partie du monde. Deuxième opus du groupe après un « Is Satan real ? » en 2016 qui n’avait pas laissé indifférents ceux qui y avaient jeté une oreille, « Science…
    Tags: ne, d, rock, plus, album, a, heavy, hard, metal, disque
  • 10000
    Pour beaucoup (enfin, ceux qui savent), Ross The Boss n’est que l’ex guitariste de Manowar, parti juste après ce qui restera probablement leur meilleur album, « Kings Of Metal » en 1988 (tout ça ne nous rajeunit pas). Pourtant, le monsieur est dans le business de la musique depuis bien avant que…
    Tags: ne, metal, a, plus, d, heavy, rock, disque, hard, album

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.