HAMMERCULT : Built for war

hammercult_builtforwar

Le nom, la pochette vous semblent un peu datés ? Vous vous attendez à un bon gros disque de heavy metal à papa ? Vous vous plantez ; Bo, ok, il y a (forcément) des influences heavy ici. Mais « Built for war » se situe plutôt dans la tranche brutale du grand M. Thrashcore, metalcore, thrash metal extrême comme se décrivent les israeliens, peu importe le qualificatif qu’on lui donnera, ce disque, le troisième du combo en une existence très brève (Hammercult est né en 2010), est une tuerie. C’est l’essentiel à retenir. Si l’intro très classique « From parts unknown » démarre l’aventure de manière très classique, la suite bascule bientôt dans la sauvagerie death thrashcore classique mais diablement efficace. Là où Hammercult est fort, c’est qu’il alterne entre titres thrash n’ roll, thrash metal, speed metal, deathcore, heavy death… Soit plein de nuances d’un même tout, mais qui suffisent à rendre l’écoute de ce disque agréable, et amener une variété vitale pour une entreprise de ce genre. Epique, violent, technique et futé, « Built for war » allie modernisme et respect des aînés et pond un très bon disque. Des titres comme « Rise of the hammer » ou « Altar of pain » sont des preuves moshantes de la vitalité du genre thrash en 2015 !

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Max Cavalera aime être entouré et bien entouré. La preuve encore une fois avec le supergroupe Killer Be Killed qui, outre son illustre personne, compte en son sein des membres de Mastodon, The Dillinger Escape Plan et un ex Mars Volta. D'emblée, on pressent que tout ça va plus suinter…
  • 10000
    Max Cavalera est toujours très enthousiaste à propos de ses albums, mais ceux qui le suivent depuis quelques années ont appris à s'en méfier. J'aborde donc cet « Omen » au titre évocateur avec toute la circonspection dont je suis capable. Le premier titre, basique mais efficace, me donne assez raison ;…
  • 10000
    Si on devait décrire le terme "metal américain" en 2012, on utiliserait certainement cet album comme mètre-étalon. Puissant, groovy, brutal, efficace, un poil mélodique, et aussi un peu cliché sur les bords ; le Pantera moderne, il est ici. Qui s'en plaindra ? Lamb Of God est un tueur ;…
  • 10000
    Ah, Kruger, combien d'obstacles avons-nous dû éviter pour nous retrouver ensemble aujourd'hui ? Combien de fois les sirènes du destin ont-elles essayé de nous détourner l'un de l'autre, mon Roméo suisse ? De quelle façon des muses diaboliques et de jeunes gredins ont-ils dérobé à mes douces esgourdes les douces…
  • 10000
    Voici un disque qui aime jouer avec son auditeur. Car une fois passée l’introductif « Phenomenon », longue intro dont la beauté rappelle le meilleur de formations comme Swallow The Sun ou Morgion à ses débuts, c’est à un tout autre genre musical que le doom auquel nous sommes confrontés…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *