FAILURE : The heart is a monster

1035x1035failuretheheartisamonster

Failure est revenu. La nouvelle est tombée il y a quelques semaines, me laissant dans un état entre euphorie et angoisse. L’écouter ou pas, ce tant espéré et craint 4e album ? Je me suis longtemps posé la question, et je viens de sauter le pas, vous livrant mes premières impressions à chaud, de peur de ne pas avoir le courage de le faire plus tard. Je n’ai pas eu la chance d’écouter « Comfort ». Mais j’ai usé « Magnified » jusqu’à la corde, et j’ai pas mal écouté « Fantastic planet » aussi. Mais j’avoue avoir du mal à croire qu’une formation, presque 20 ans plus tard, puisse reprendre les choses là où elles les avait laissées sans laisser une impression d’effort désespéré de se raccrocher à son passé. Le groupe nous sert d’abord une interlude dont il a le secret, secret que selon moi il pourrait garder tant celle-ci n’apporte rien. « Hot traveler » renoue avec les mélodies douces-amères traditionnelles mais manque d’accroche. « A.M. Amnesia » et « Snow angel », en revanche, repartent dans la bonne direction. Ouf. Et puis, ça continue de mieux en mieux, on retrouve le frisson d’il y a quelques années. Oui, Ken Andrews et Greg Edwards se sont retrouvé pour le meilleur. Oui, leur complicité et leur génie créatif est intact. Et enfin, oui, « The heart is a monster » est un très bon disque, celui qu’on était en droit d’attendre du trio (ben oui, il y a aussi un troisième compère, Kellii Scott). En bons musiciens et compositeurs, la bande amène son identité musicale un peu plus loin, la dépoussière, la modernise, tout en prenant soin (encore que, je les soupçonne de naturel…) de ne changer que très peu la formule. Impossible de ne pas se repasser le disque pour y trouver ça et là un détail qu’on avait pas perçu. Et surtout ce parfait « Counterfeit sky », pur moment de grâce, tube indie rock imparable. Ça y est, c’est fini. Je suis soulagé, mais il me faudra encore quelques écoutes pour réaliser ma chance, notre chance de voir un tel monstre renaître.

Paroles de l’album

Site officiel

Failure : Hot traveler

Related Posts

  • 10000
    Sorti dans une relative confidentialité dans nos contrées, ce deuxième album des américains, de par sa pochette assez référentielle et ses intonations, est rapidement catalogué comme grunge. Pourtant, s'il en a quelques stigmates, il serait dommage de le réduire à cela et le juger comme obsolète ou pire, un disque…
  • 10000
    Il y a quelques années, alors que mes cheveux n'essayaient pas encore, doucement mais surement, de rejoindre mes oreilles, j'ai découvert au gré d'une chronique (comme quoi, des fois, c'est lu ces machins) un groupe qui exploitait le filon grunge rock avec beaucoup de talent. Un groupe entouré d'une aura…
  • 10000
    Je suis passé à côté de Drenge et de leur premier album en 2013. Et je serais passé à côté de celui-ci si on ne me l'avait pas glissé dans la playlist. Pourtant, si « Undertow » a clairement un profil indé avec son rock alternatif guitare – batterie – voix, il…
  • 10000
    Troisième album pour les américains de Silversun Pickups, toujours aussi inconnus sur nos terres. Et pourtant, ce "Neck Of The Woods" a été précédé de deux très bons albums, et marque les dix ans de carrière du groupe. Alors oui, même s'il le fait avec passion et application, même s'il…
  • 10000
      Je me souviens, il y a quelques années (oui, bon, d'accord, une bonne dizaine, ça ne me rajeunit pas !), avoir su affirmer de façon certaine que tel ou tel disque était l'œuvre d'un groupe français. Aujourd'hui bien malin est celui qui saurait dire qu'Atomic Garden est français. Pour…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *