BORN OF OSIRIS : Soul sphere

BOO_soulsphere

Le jeune groupe deathcore de l’Illinois m’avait déjà positivement impressionné en 2011 avec son troisième album « The discovery ». Depuis, et avec regret, j’ai laissé filé un quatrième album ayant un peu divisé, faute de temps pour y jeter une oreille attentive. Je compte bien me rattraper avec ce cinquième opus. Je lance donc « The other half of me » et là… Waw. Original, brutal, mélodique, tout y est, et le combo a vraisemblablement fait un bon en avant. Bon, une fois la surprise passée… ben c’est toujours très bon. Born Of Osiris a vraiment amalgamé son côté mélodique et prog, y incluant en plus pas mal de parties électro, mais jamais au détriment de l’impact massif de ses titres. Il a appris à doser ses effets, à aménager ses titres en séquences, mais des séquences suffisamment imbriquées les unes dans les autres pour donner une impression d’unité bienvenue, ce qui était moins le cas dans le passé. Après, on retrouve dans « Soul sphere » des riffs, de la technicité, des riffs, des modulations de chant bienvenues (oui, je sais, avec deux vocalistes, c’est plus facile), des riffs, des soli, des idées, des claviers. Le groupe va parfois trop loin comme sur « The louder the sound, the more we all believe » où on a l’impression de se taper un bœuf avec Linkin Park (et c’est moche). Mais globalement « Soul sphere » est une réussite, et je ne suis pas mécontent d’y avoir assisté.

Paroles de l’album

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Born Of Osiris sera-t-il le groupe qui me réconciliera avec le deathcore, genre bien souvent assez limité et trop codifié à mon goût ? Si "Follow The Signs" débute par un grunt en bonne et due forme, il montre immédiatement une facette à la fois plus mélodique et plus hors-normes…
  • 10000
    Tiens, des allemands signés sur Lifeforce ! Dingue, non ? Bon, passée cette surprise, et la constatation de la grande classe du patronyme du combo, que nous reste-t-il ? Du brutal, oui. Mais pas que. War From A Harlots Mouth, c'est comment vous décrire, un peu comme si Atheist copulait…
  • 10000
    Allier violence et subtilité, ce n'est pas donné à tout le monde, et c'est une voie difficile. C'est pourtant celle qu'ont choisi les australiens de Ne Obliviscaris. Et comme souvent dans ce genre musical (le metal progressif, bien que celui-ci soit extrême ici), on a affaire à un album-concept. Et…
  • 10000
    Le fléau de l'Amérique Steve Austin nous revient avec un deuxième album toujours aussi virulent. Pour ceux qui ne connaîtraient pas ce groupe culte, voilà le topo: Today Is The Day pratique un punk hardcore coupé au grind avec des éléments noise, avec une voix la plupart du temps suraiguë…
  • 10000
    Tears Eviction est un jeune quintette Toulonnais qui nous propose ici son deuxième mini après une démo quatre titres. Les ptits gars nous proposent un hardcore metal assez proche du Kickback des premières heures, en y ajoutant parfois un brin de folie (oui, bon, un sample introductif, un final et…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *