EMILY JANE WHITE : They moved in shadow all together

Emily-Jane-White–they-moved-in-shadow-all-together

C’est de Californie que nous vient Emilie Jane White. Et la musique qu’elle pratique se situe aux antipodes de l’ensoleillement pop qu’on pourrait attendre du lieu. Oh, le soleil est bien là, aveuglant même parfois, mais il se couche ou se meurt ici. « Frozen garden », qui ouvre les hostilités, installe un souffle glacé et mélancolique sur un folk assez léger et dépouillé. « Pallid eyes » prend garde de ne pas réchauffer l’ambiance, et le piano triste de « Hands » poursuit le travail de sape. Alors oui, on peut assez légitimement trouver ce cinquième opus assez lugubre, mais ça ne lui enlèvera pas une beauté troublante et une élégance certaine dans la noirceur. Ce qui pose problème en revanche, c’est la propension de la jolie brune à se répéter sur ce disque, dont le tempo n’est ni très varié ni très marqué, malgré la présence de percussions – gimmicks efficaces. De fait, si on apprécie sans mal l’ensemble, on reste aussi un peu sur sa faim car un titre chasse un peu trop facilement l’autre, chacun rivalisant de spleen et de flamboyance gothique à l’américaine. On a donc ici un bon disque, et une artiste avec un potentiel impressionnant, mais qui doit encore aller plus loin et proposer des titres plus variés pour passer de bon à essentiel.

Paroles de l’album

Site officiel

Emily Jane White : Pallid eyes

Related Posts

  • 10000
    Avec ce nom qui ferait fantasmer nos (hum) grands comiques nationaux tant il est promesse de jeux de mots truculents, The Pines pourrait être perçu comme un groupe comme un groupe de petits rigolos, ou juste un groupe à éviter. Ce serait dommage, car ces américains ont développé depuis leurs…
  • 10000
    En voilà une intro qui déroute l'auditeur et l'induit en erreur ! Car une fois cette entrée en matière très morriconnienne passée, et pour celle ou celui qui sait que derrière ce patronyme de champion de tennis suédois se cache en fait la guitariste de Jack White, la surprise n'est…
  • 10000
    Anna von Hausswolff est suédoise et compositrice. Si vous avez la curiosité de taper son nom sur wikipedia, on vous indiquera sans sourciller qu'elle se situe à la croisée du rock indépendant, de l'électronique et de la pop. Mouais. Enfin, je fais le malin, mais à l'écoute de ce nouvel…
  • 10000
    Des Ark, c'est avant tout Aimée Argote, une jeune femme compliquée. Enfin, compliquée, je m'avance un peu, je ne la connais pas personnellement, mais compliquée à suivre en tout cas. Car Des Ark, le groupe, est une entité mouvante au gré des envies d'Aimée. Et il faut savoir qu'Aimée (désolé,…
  • 10000
    Je ne sais pas pourquoi je ne rencontre la vénéneuse Chelsea Wolfe qu'aujourd'hui, alors qu'elle sort son cinquième album. Je veux bien que son rock gothique vénéneux teinté de noise, de métal, de folk et d'éléments atmosphériques ne soit pas la musique la plus médiatisée au monde, mais quand même,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *