O’DEATH : Out of hands we go

odeath_outof

Petit à petit, les O’Death s’enfoncent de plus en plus dans la noirceur et le mid-tempo. Ce nouvel album fait un pas de plus vers le côté obscur de la musique. L’orchestration se fait plus lugubre, le rythme s’y ralentit, les cordes s’y installent, la voix y devient encore plus plaintive. Ce cinquième album va donc encore plus loin que le très bon « Outside » de 2011, en choisissant de renforcer ce côté dark folk qui lui va si bien au teint. Si les morceaux plus country punk sont encore présents, ils se font donc plus rares. On peut bien sûr le regretter, mais heureusement, ce changement dans la continuité ne se fait pas au détriment des qualités musicales du combo. Le banjo prend ici une place prépondérante, mais la personnalité d’O’Death est toujours bien là, en mouvement mais présente dans chaque phrase, chaque mélodie. Pour tout vous dire, il m’a fallu plusieurs écoutes, non pas pour apprécier la musique de « Out of hands we go », mais pour bien me convaincre qu’il s’agit du même groupe, et qu’on y gagne au change. Mais finalement, je pense qu’après quelques années, il est naturel de vouloir explorer d’autres horizons, et quand on le fait de si belle manière, pourquoi pas ?

Site officiel

O’Death : Roam

Related Posts

  • 10000
    J'ai aimé Murder By Death. Je l'ai aimé pour la singularité de sa musique, rock indé infusé au country-punk et au gothabilly, pour sa noirceur et son cynisme, pour la rage peu contenue de ses compositions, pour la voix reconnaissable entre mille de son leader. Mais comme souvent lorsqu'on aime,…
  • 10000
    Quatrième album pour Murder By Death, et premier chez Vagrant, qui ne s'est pas trompé en signant ces très talentueux adeptes du country punk. Ce disque fait vraiment le lien entre Nick Cave, Johnny Cash et Sixteen Horsepower. Dès le premier titre, « Comin' Home », gothique en diable, on…
  • 10000
    Adrian Crowley, songwriter irlandais folk rock à la voix sépulcrale, vous n'en entendrez pas forcément parler ailleurs. Et d'ailleurs, je ne vais pas me la jouer non plus, parce que si madame Pias ne m'avait pas envoyé ce disque, qui est quand même le septième, je serai moi aussi passé…
  • 10000
    Jack White n'aime pas dormir. Que voulez-vous, certains sont allergiques aux poils de chat, d'autres à la papaye, lui c'est le sommeil qui lui donne des boutons. Du coup, il fait de la musique. En plus d'avoir composé un nouveau Dead Weather, il offre ici un écrin musical de choix…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *