EMILY JANE WHITE : Alluvion

En 2016, la californienne Emily Jane White m’assénait son « They moved in shadow all together » sans que je puisse y faire grand chose ; la dame avait beau jouer un peu trop la carte de l’unité entre ses titres, elle développait un style pop folk traversé d’une mélancolie profonde et troublante. Pas assez pour m’en faire un album de chevet, mais bien assez pour que, six ans plus tard, j’en garde un bon souvenir et je souhaite renouer avec celui-ci. Bien sûr, certains pourraient me reprocher d’avoir raté « Immanent fire » en 2019. Et ils auraient raison. Mais bon, ce qui est fait est fait, et me voici donc devant « Alluvion ». Une fois de plus, l’album fait se rencontrer cold wave, dream pop, folk indie, et légères teintes gothiques. Les sujets évoqués sont divers et plus tournés vers l’extérieur que dans le passé. Bien sûr, Emily Jane White les évoque à sa façon, pas franchement frontalement, pas avec des opinions tranchées. Et beaucoup, de toute façon, ne s’en soucieront pas. Cela n’est d’ailleurs pas nécessaire ; « Alluvion » peut tout à fait être apprécié pour sa musique seule ; c’est d’ailleurs comme cela que je l’appréhende. Est-ce mon souvenir défaillant, ou ce disque marque-t-il plus les ambiances, est-il plus grandiose en terme d’orchestrations ? Je n’ai pas même envie d’aller le vérifier, ça semblerait un geste un peu trop mécanique, en contradiction directe avec l’atmosphère rêveuse et surréaliste qui règne ici. Ce disque me fait plus d’effet que le précédent : peut-être est-ce l’art de la jeune femme qui s’insinue lentement mais sûrement dans mon cortex ? Ou peut-être est-il juste plus réussi ? En tout cas, des titres comme « Heresy », « Body against the gun », « The hands above me », « I spent the years frozen » sont à considérer comme des merveilles du genre, et ce disque confirme tout à fait le bienfondé du choix musical de la dame !

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    C'est de Californie que nous vient Emilie Jane White. Et la musique qu'elle pratique se situe aux antipodes de l'ensoleillement pop qu'on pourrait attendre du lieu. Oh, le soleil est bien là, aveuglant même parfois, mais il se couche ou se meurt ici. « Frozen garden », qui ouvre les hostilités, installe…
    Tags: jane, white, assez, plus, emily, disque, titres, l'album, pop, bien
  • 10000
    Le duo New-Yorkais composé de Jasmine Golestaneh et d'Eddie Cooper œuvre depuis quelques temps au sein d'un genre un peu hybride, entre cold wave et synth pop. Cet album, le quatrième, enfonce le clou du style profondément mélancolique et onirique du groupe. On ne va pas se mentir : l'originalité n'est…
    Tags: new, disque, assez, titres, peut-être, l'album, pop, wave, plus, electro
  • 10000
    Monika Brodka a pris son temps pour composer et sortir son cinquième album : « Brut » est en effet la suite directe du « Clashes » chroniqué dans ces pages en 2016. Cinq ans qui lui ont servi à redéfinir son style ; fini les influences pop sixties, bonjour l’electro pop dans l’air du temps,…
    Tags: disque, plus, electro, pop, titres, bien, l'album, rock, wave
  • 10000
    Cleopatra records. D'aussi loin que je me souvienne, c'est un nom qui a toujours été en lien avec le rock gothique, sous une forme ou une autre. Mais très franchement, je croyais le label disparu, comme beaucoup d'autres du genre. C'est donc déjà une bonne surprise d'avoir la preuve que…
    Tags: plus, assez, bien, titres, disque, the, wave, rock, electro, me
  • 10000
    Derrière ce nom mystérieux se cache un duo formé d'un américain et d'une franco-norvégienne. De quoi expliquer les quelques bribes de français qui parsèment ce sixième album du groupe (dont un « papier d'arménie » sur l'introductif « Fire and smoke »). Le reste ne s'explique pas, il se vit ; une electro pop très…
    Tags: assez, titres, plus, me, wave, pop, electro, new

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.