LOOK PARK : Look Park

LookPark_LookPark_COVER

Ceux qui fréquentent régulièrement ces pages le savent : je vous un culte au premier album de Fountains Of Wayne, et par ricochet un grand respect à ses géniteurs. Sans nouvelles du groupe depuis quelques années, v’là-t’y-pas que j’apprends que Chris Collingwood fait cavalier seul au sein de Look Park, et sort cette année du bois avec un premier album. Du coup, forcément, il fallait que je l’écoute. En 10 titres et trente-sept minutes, Look Park fait dans le très pop et efficace, rapelle forcément les données de sa matrice mais fait un pas de côté afin de prendre une route parallèle, peut-être un poil plus sinueuse, moins rock, mais tout aussi agréable. En gros, on pensera plus à « Sick day » ou « She’s got a problem » qu’à « Sink to the bottom » ou « Please don’t rock me tonight ». On a donc une pop légère, simple, joyeuse, versant rarement sans la nostalgie / la mélancolie, juste ce qu’il faut pour éviter à l’auditeur de se fatiguer d’un disque qui remplit largement toutes ses promesses et fait encore une fois honneur à son créateur et son talent inné pour transformer les mélodies les plus évidentes en vraies bonnes chansons qu’on prendra plaisir à réécouter. Sans surprise, et c’est tant mieux, un premier opus très sympathique !

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Impossible de ne pas pas évoquer ici un disque de la trempe de ce premier album. Fountains Of Wayne est formé en 1995 dans le Massachussets par deux amis d'enfance, qui recutent deux compères et ses mettent bien vite à composer, tant et si bien que ce « Fountains Of Wayne »…
  • 10000
    Je me souviens avec émotion du premier album (éponyme) des Fountains of Wayne, et de la façon dont j’avais été charmé par leur mélodies pop estivales modestes et simples. Et je me demande pourquoi je les ai perdu de vue aussi longtemps. Car à l’écoute de ce « Welcome Interstate…
  • 10000
    Laissé pour mort suite au cataclysme interne causé (ou pas, d'ailleurs) par la sortie de son premier album « Careers », Beverly s'est pourtant relevé pour donner suite à sa vision de la shoegaze-indie-pop. L'album est ouvert par la pas tant in-your-face que ça « Bulldozer » à la voix noyée typique et au…
  • 10000
    Vous commencez à me connaître (ou du moins, vous le croyez, gnark gnark gnark), j'aime les choses un peu tordues. Bon, ok, ici, il ne s'agit pas de la musique, mais avouez qu'un nom comme celui-là, c'est pas courant. Ce que je ne conçois pas en revanche, c'est la raison…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *