DAMASKIN : Unseen warfare

Damaskin_unseen

Ben ouais, moi j’aime bien les trucs chelous, peu importe l’étiquette qu’ils portent. Alors forcément, ce Damaskin venu d’on ne sait où, dont on ne sait rien, mais déniché par un label parisien qui se fait un malin plaisir de fouiller les tréfonds de l’électro en quête de genres décalés et sombres, ça m’intrigue. Me voilà donc en face d’un ep de quatre titres répétitifs, mécaniques, d’une violence sourde, dont la rigueur rythmique et la pochette m’évoquent une bonne grosse séance SM, muette et cruelle, dont les seules interactions entre maître et esclave sont les coups de fouets et rictus de douleur. Pour schématiser musicalement, ça ressemble à un mélange entre un Autechre minimaliste et un Dulce Liquido énervé ; froid, industriel, saturé, sans pitié. Alors bien sûr, « Unseen warfare » ne conviendra qu’aux oreilles les plus résistantes et tolérantes aux longs titres en forme de mantras auto-destructeurs, mises en transe robotiques hypnotiques et monotones. Mais ceux-là y trouveront certainement un bel objet, une mise en bouche promettant des heures de plaisir. 

 

Site officiel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *