CULT OF YOUTH : Final days

cultofyouth_finaldays

Vous avez déjà écouté des disques hétéroclites, croisé des groupes qui ne savaient pas trop faire le tri parmi leurs nombreuses influences et faisaient le choix de ne pas choisir ? Et bien les new yorkais de Cult Of Youth sont pile poil dans cette catégorie. Leur nouvel album, pourtant placé dans la catégorie « indie folk », est en réalité un vaste fourre-tout. Ce disque commence par 5 minutes d’un titre dark, martial et rituel traversé d’une trompette lugubre ; drôle d’entrée en matière. Si bien que quand « Dragon rouge » débarque avec son folk goth électrisé, on ne s’y attend pas vraiment. «Empty faction » et « God’s garden » naviguent dans les mêmes eaux, entre rock gothique et indie folk, pas mauvais d’ailleurs. « Down the moon » se la joue folk punk et peine à convaincre : trop plat, trop classique. Avec « Of amber », j’ai l’impression de m’enquiller du Sevenchurch, et c’est pas non plus folichon. « No regression » remet le couvert indie folk électrisé , « Sanctuary » donne carrément dans le rock hardcore /folk, et « Roses » clôt l’album avec un rock mid-tempo un poil creux. Bref, « Final days » joue dans pas mal de catégories, se disperse même un peu, et au terme de ses neuf titres, laisse une impression de brouillon, d’inachevé et de légèrement daté. En un mot, bof.

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Premier album pour les australiens de Nite Fields. Et sans vouloir être méchant, ça s'entend. Non pas qu'il soit mauvais, ce « Depersonalisation », non. Il est juste hyper-connoté musicalement parlant. Impossible d'abord de ne pas penser au The Cure du début des années 80. Des années 80, d'ailleurs, le groupe prend…
  • 10000
    Formé en 1976, Chrome est un groupe à géométrie variable (enfin, plus trop maintenant qu'une partie des membres est décédé, mais bref) parti du punk pour explorer des univers plus sombres et expérimentaux. (trop) Vite catalogué rock industriel, Chrome en utilise certes certains codes, mais puise également dans le post…
  • 10000
    Zola Jesus, c'est un nom bien pompeux, et la pochette arty de ce troisième album ne m'inspire guère plus. Une intro anecdotique, un premier titre gothique-ambiant longuet ("Avalanche"), et puis la première montée du disque arrive ("Vessel"), et c'est pas trop tôt. Bon, après ça, l'ambiance retombe ; on a…
  • 10000
    Adrian Crowley, songwriter irlandais folk rock à la voix sépulcrale, vous n'en entendrez pas forcément parler ailleurs. Et d'ailleurs, je ne vais pas me la jouer non plus, parce que si madame Pias ne m'avait pas envoyé ce disque, qui est quand même le septième, je serai moi aussi passé…
  • 10000
    Sixième album du groupe canadien d'electro-goth The Birthday Massacre, "Superstition" comporte tous les éléments requis pour en faire un succès ; des titres courts, une voix féminine charmante, des riffs metalloïdes gothiques très soft et hyper mélodiques, des rythmiques et ambiances electro-goth ni trop dansantes ni très pointues... Le contenu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *