COMPACT DISK DUMMIES : Neon fever dream

Première écoute en aveugle de ce disque ; j’ai l’impression de retrouver une version réactualisée de Zoot Woman. Alors, parmi ce duo prétendument belge, se cacherait-il le fameux Jacques Lu Cont / Thin White Duke / Crystal Pepsi / Stuart Price ? Que nenni les amis. Il semblerait juste que les petits gars soient doués. Comme pour les anglais, les Compact Disk Dummies portent haut les couleurs bigarrées d’une synth pop eighties, mais le font juste d’une manière encore plus synthétique et actuelle. A ce titre, « On repeat » est assez redoutable ; après un début ambiant / jazz, il plonge franchement dans le groove électronique. Un hit immédiat. « Millionaire » ne poursuit pas dans la même dynamique, dommage ; il se montre un peu plus dansant mais aussi moins percutant. « Everybody’s lonely », avec son riff rock et son côté plus sombre, fonctionne très bien. « Matter of time », encore plus poppy, manque pour moi d’un petit quelque chose, elle me paraît un peu trop inoffensive. Arrive la chanson-titre, dont l’ambiance aquatique et posée a également du mal à me convaincre. Heureusement, « I remember » s’avère beaucoup plus accrocheuse. « Easy life » et son début assez « Strangers things » cache (pas longtemps, ok) un autre single en puissance, avec un break assez inattendu. Pourtant, « Fell in love with a hologram « , avec sa légère mélancolie et son rythme moins volontaire, a ma préférence. Suit « Kyoto protocol », un instrumental ultra-efficace. Et nous voici arrivés au terme du voyage, avec « The drugs don’t work », qui n’a rien à voir avec une reprise de The Verve mais est un autre très bon titre immédiat. Nous voici donc avec un second opus un poil inégal mais cependant très réussi.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    « Star climbing » continuait à avancer vers encore plus de légèreté et d’évidence. De toute évidence, ce nouvel et cinquième album de la formation britannique va dans le même sens. D’ailleurs, la présence de Kylie Minogue sur le rêveur mais pas très réussi « Still feels like the first time » en dit…
    Tags: plus, d, zoot, woman, a, l, beaucoup, on, se, disque
  • 10000
    Cinq ans d'absence pour les chantres de l'electro-pop 80's Zoot Woman, c'est beaucoup. D'autant plus qu'ils ne sont pas vraiment les seuls sur la piste ; une meute, une horde de copieurs ou de jeunes gens partageant la même obsession pour les mélodies rétro et dansantes ont pris leur place.…
  • 10000
    J'ai découvert Zoot Woman par le biais de son premier album « Living In A Magazine » franchement electro pop eighties, et les ai depuis perdu de vue le temps d'un deuxième album éponyme peut-être sorti de façon plus confidentielle. Ayant repéré depuis quelques semaines la sortie de ce « Things Are What…
    Tags: woman, zoot, plus, bien, pop, things
  • 10000
    Il y a quand même 5 ans, Capital Cities raflait la mise avec son electro pop proprette, surtout grâce à un « Safe and sound » tubesque à souhait avec son gimmick gonflé. Une pause bien longue dont on espère que la formation a profité pour se concentrer sur l’essentiel et garantir…
    Tags: l, a, on, n, se, groove, pop, wave, poursuit, paroles
  • 10000
    Tiens, ça fait un bail que je ne me suis pas envoyé un Zoot Woman ! Mais comme Stuart Price n'est pas encore décidé à nous faire profiter de ses talents de compositeur, il va falloir se trouver un autre candidat... Et l'allemand Roosevelt, qui sort ici son premier album, semble…
    Tags: on, se, l'album, bien, ne, a, disque, me, zoot, price

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.