BLOC PARTY : Hymns

blocparty_hymns

Il est difficile de voir un amour de jeunesses changer, s’affadir, perdre de sa superbe. Incontestablement, Bloc Party fait partie des formations qui ont opéré un énorme changement dans sa musique en quelques années, passant d’un indie rock certes dansant mais puissamment fiévreux à quelque chose tenant plus de l’indie pop groovy, avec des accès rock incontrôlés, ou plutôt mal contrôlés. « Four » arrivait à peine à sauver les meubles, malgré une poignée de titres un peu moins décevants que les autres. Mais j’avoue que je m’attendais au pire avec ce cinquième album, qui a en plus vu la paire rythmique basse / batterie déserter. Et hélas, il ne me faut que quelques minutes pour me rendre compte que j’étais loin de me tromper. Si ça ce sont des hymnes, alors Sébastien Patoche est le nouveau Flaubert. Si un ou deux titres peuvent passer, vit fait, dans la pénombre, la plupart constituent un tout tout de même, mmmh, comment dirai-je ? Assez chiant en fait. Alors oui, la voix de Kele est toujours aussi belle. Mais elle est sous-exploitée. Les titres se suivent et se ressemblent, usant à peu près tous des mêmes ficelles et des mêmes rythmes. C’est bien en cela que « Hymns » déçoit d’ailleurs ; pas seulement timoré, il se montre surtout assez uniforme, trop en tout cas pour retenir l’attention tout au long de ses 47 minutes. Pffff, monde de merde….

Site officiel

Bloc Party : The love within

Related Posts

  • 10000
    Ouch. A force de dire que le deuxième album de Bloc Party, "A Weekend In The City", était moins réussi que son prédécesseur, on a réussi à convaincre le groupe lui-même de changer son fusil d'épaule. Le groupe nous revient donc la queue entre les jambes avec un disque plus…
  • 10000
    Après les claques Interpol, Franz Ferdinand et The Killers, il fallait trouver une relève question machine à tubes de lignée eighties. C’est chose faite avec Bloc Party, quartette anglais se positionnant comme le plus sérieux candidat au titre. Et si le premier titre ne séduit pas vraiment, « Helicopter » remet les…
  • 10000
    J'adore Bloc Party, mais le premier essai solo de son chanteur Kele m'avait fortement déçu, et le mot est faible. Alors j'avoue ne pas attendre grand-chose de ce deuxième opus. Le titre d'ouverture me donne raison ; on nage ici en plein territoire house. La voix de Kele est d'ailleurs…
  • 10000
    Kélé ce vacarme ? Bah c'est le premier album de Kelechukwu Rowland Okereke, ci-devant chanteur de Bloc Party voyons ! Non, mais, tu te fous de moi là non ? Ces bidouillages électro, cette voix de pouf, ces beats techno pouet-pouet, ces mélodies toutes pourries, c'est le mec qui m'a…
  • 10000
    Dans la famille coqueluche indie, je demande les irlandais de Two Door Cinema Club. Titres courts et accrocheurs, production signée Elliot James (Bloc Party), cela suffit-il à faire du groupe des héros ? Alors oui, des morceaux comme « Come Back Home » ou « What You Know » font mouche immédiatement, et l'ensemble…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *