Aldous HARDING : Party

Enregistré à Bristol en compagnie de John Parish (PJ Harvey, Eels, Tracy Chapman, 16 Horsepower, Sparklehorse…), ce deuxième album de la neo-zélandaise s’est apparemment imprégnée de l’atmosphère qui y régnait. Plus sombre que sur son album éponyme de 2015, sa musique se fait également plus précise, plus millimétrée, et se pare d’atours et de gimmicks qui lui assurent une attention plus soutenue de la part de l’auditeur que le disque de folk lambda. La voix également se fait (parfois) plus assurée, plus franche. « Party » ne s’en trouve pas pour autant transformé, et est toujours habité de la fragilité et la délicatesse que l’on avait apprécié sur le précédent disque qui avait tout d’une jeune pousse prometteuse, même s’il arrivait pour moi à un moment un peu trop opportun (mon aversion pour les modes, tout ça). Pour la faire courte, « Party » est beaucoup moins jovial que ne l’était son prédécesseur, qui n’incitait déjà pas forcément à une queue-leu-leu endiablée. De là à le qualifier de « gothique » comme elle le fait sur son profil facebook, il y a un pas que je ne ferai pas. Mais le terme de nostalgique, de mélancolique, voir de maussade ne me semble pas exagéré. Ce deuxième album semble donc tenir toutes les promesses du premier et va même un peu plus loin, en recentrant l’univers vers quelque chose de plus personnel. Je dois dire que je suis assez satisfait du résultat, moi qui trouvais le premier opus un peu trop timoré et passe-partout. Pourtant, on y décèle encore une marge de progression possible. A suivre donc !

z

Site officiel

Paroles de l’album

Aldous Harding : Horizon

Aldous Harding : Imagining my man

Related Posts

  • 10000
    Springtime Carnivore, c'est un nom qui interpelle forcément. Et d'autant plus quand on sait quelle magnifique et délicate jeune femme se cache derrière. « Midnight room » est loin de personnifier la promesse de danger et de mystère que son titre laisse à son public. Car si on devait qualifier ce disque…
  • 10000
    A force d'écouter de la musique de tatoués, de gros durs, de rebelles, de savants fous et de dépressifs chroniques, mon pauvre petit cerveau (déjà bien endommagé au naturel diront certains) finit par développer une fragilité nécessitant des papouilles et mots doux qu'aujourd'hui je viens chercher sur ce septième album…
  • 10000
    Miranda Lee Richards n'a jamais fait partie jusqu'à présent de mon spectre musical. Parce que la dame s'est principalement fait connaître par le biais de ses collaborations avec Brian Jonestown Massacre, dont je n'ai jamais vraiment exploré l'univers. Et que si cet album est sa troisième œuvre en solo, les…
  • 10000
    Ce nom ne vous dit probablement rien. Et pourtant, si vous écoutez de la pop folk depuis quelques années déjà (hum, on va dire 10-15 ans?), il y a des chances que vous ayez déjà eu l'occasion d'écouter la voix suave de Sivert Hoyem se poser sur d'élégants titres du…
  • 10000
    Le nom de Ben Caplan tourne depuis quelques semaines dans les milieux folk. On en parle comme d'une merveille bien cachée, d'un gentil allumé à la musique Van Dammienne. Il était donc de mon devoir de vérifier que ce nouveau barbu était aussi fantasque que narré. Alors, quid est de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *