WITCHCRAFT : Nucleus

Witchcraft - Nucleus

On assiste depuis quelques années à une recrudescence du doom metal. Qu’il ait choisi ou pas de s’acoquiner avec le stoner ou le sludge, le genre ressurgit sous des formes et des drapeaux divers, et n’en finit pas de rendre hommage aux parrains, de Black Sabbath à Pentagram. Witchcraft s’est pour sa part formé en 2000, et progresse depuis à son rythme, apparaissant et disparaissant fréquemment, pour le plus grand plaisir de ses fans, se forgeant l’image d’un groupe qui « se mérite ». . « Nucleus » est le cinquième album du groupe, et fait suite à un « Legend » où le combo avait déjà changé son fusil d’épaule en allant vers plus de modernité. Et fort logiquement, il poursuit son œuvre, en apportant encore plus de soin aux parties vocales, en donnant du punch et de l’élasticité à son vocabulaire musical. Ce qui lui donne forcément une longueur d’avance sur ses collègues préférant se morfondre dans un passéisme malsain. Oh, bien sûr, le côté rétro n’est pas totalement à oublier, bien au contraire. Mais pas forcément celui qu’on croît. Certains titres évoquent par exemple un Led Zeppelin plutôt qu’un heavy occulte. « Nucleus » est un bon disque, assez longuet (une heure et quart), mais qui s’avère assez varié et efficace pour séduire non seulement les fans du genre et aller ratisser un poil plus large. Mais peut-être pas assez pour moi ; je continuerai à suivre le groupe, à scruter sa progression, mais ne m’attacherai probablement à lui que quand celui-ci sera parvenu à un mélange plus original et détonnant.

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Je ne connaissais pas ce groupe britannique auparavant. Et pourtant, il n'a pas été particulièrement discret depuis sa création en 2009, puisque « The night creeper » est son quatrième album. Difficile à dire en l'écoutant. Non, pas qu'il s'agit du quatrième, mais qu'il s'agit d'un groupe si jeune ! Uncle Acid est…
  • 10000
    Deuxième album pour les doomsters traditionalistes de Pilgrim, jeune groupe new yorkais vouant un culte au grand cornu et à Black Sabbath. Mais là où un Cathedral restait sourd aux évolutions subies par le genre lancé par la maison-mère, les petits gars de Pilgrim, eux, n'hésitent pas à intégrer du…
  • 10000
    Nous sommes en 2014 à San Francisco. Toute la ville est envahie par les hipsters et les poseurs. Toute ? Non, car un petit groupe d'individus résiste aux différentes modes musicales pour se consacrer au heavy metal. Mais attention, pas de dragons et de magiciens ici, on est plutôt en…
  • 10000
    Je connaissais déjà le heavy doom velu de Pentagram pour avoir acquis il y a quelques années "Be Forewarned", leur quatrième album (si on décompte les rééditions), sur la base de...ben pas grand-chose en fait, plus par hasard et opportunité pécuniairement intéressante pour tout dire. Je ne suis donc pas…
  • 10000
    En 2012, « CVI » m'avait fait passer un bon moment avec son heavy stoner pas si classique que ça. Je m'étais promis à l'époque de suivre l'actu du groupe, et me voici donc face à « Crooked doors », deuxième album qui comme la tradition (et la logique) l'exige, reprend les choses là…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *