VITALIC : Voyager

J’attendais, comme une foule d’autres, beaucoup de ce quatrième album de Pascal Arbez-Nicolas. Parce qu’aucun album du bonhomme ne m’a jamais déçu, qu’il a toujours su se renouveler et se démarquer de ses petits camarades. Alors quand « El viaje » et ses allures de bande originale de Rabbi Jacob, on tique forcément un peu, même si ça reste une entrée en matière agréable. « Waiting for the stars », dont l’intro et la mélodie rappellent fortement « Rave kids go » rassure et indique clairement la voie suivie ici : plus pop, plus apaisé, et plus rétro. On retrouve le touché des disques précédents mais l’influence temporelle principale, c’est clairement les années 70. Vitalic a pensé et souhaité ce disque comme son album le plus disco. Il ne s’est pas perdu en route, même si, chassez le naturel… et vous en trouverez tout de même les stigmates : l’électro entêtante et frénétique est toujours là. Elle a beau se cacher, s’habiller autrement, on l’entend, on la perçoit, on la ressent. Mais, l’espace en ligne de mire, le français se fait plus progressif, explore des territoires plus groovy et paradoxalement plus technoïde. On échappe pas à quelques relents kitch qui gâtent presque le plaisir (« Sweet cigarette » m’évoque franchement le Zlad d’« Electronik supersonik »), mais le tout se tient largement, et on ne peut qu’être satisfait du résultat global, même si la folie furieuse d’un « Rave kids go » ou d’un « Stamina » peuvent, à raison, manquer. En tout cas, Vitalic est encore parvenu à surprendre, c’est là l’essentiel pour un artiste !

Paroles de l’album

Site officiel

Vitalic : Voyage for the stars

Related Posts

  • 10000
    Dj français oeuvrant sous la houlette de Citizen records, ex label de Vitalic, Cyril Thévenard alias John Lord Fonda partage avec celui-ci un goût pour la house music, mais la compose à travers le prisme de sa culture rock, la rendant plus sale que ses petits camarades de jeu. Il…
  • 10000
    Tout commence par un « You, Appearing », titre onirique, sorte de long cheminement à travers un monde blanc et cotonneux. Mais les habitués de la musique du bonhomme savent qu'il ne faut pas se fier à une première impression avec M83, entité changeante, protéiforme, œuvrant depuis sept ans dans…
  • 10000
    Quand on fait un carton pour son premier disque comme celui qu'a fait "Cross", il est difficile de garder la tête froide et de se remettre en question pour remettre le couvert en ne pêchant ni par excès de confiance et de prétention ni par volonté de s'en démarquer à…
  • 10000
    Rarement un disque m'aura autant déçu que « Audio, video, disco ». Alors cette ode à la femme a intérêt à assurer. Même pas envie de faire d'effort de présentation, le duo n'aura que la musique pour se sauver du marasme. « Safe and sound » joue à fond la carte du tube dancefloor…
  • 10000
    Versant sale et méchant d'une scène synth wave en odeur de sainteté, Perturbator avait traversé ma route comme un bolide en 2014 avec son « Dangerous days », me laissant globalement convaincu même si je trouvais le disque inégal. Deux ans plus tard, je veux bien entendu me rendre compte par moi-même…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *