BORN OF OSIRIS : The eternal reign

En 2015, « Soul sphere » m’avait à la fois rassuré sur la capacité du groupe à rebondir, se renouveler. Bon, bien sûr, il m’avait aussi fait entrevoir comment ça pourrait tourner si le groupe avait quelques mauvaises idées. Heureusement, celles-ci ont totalement disparu sur ce sixième album, plus brutal, sorte de retour aux sources qui ne renie pas tout les aspects mélodiques et progressifs dont le groupe nous gratifie depuis sa création, mais les atténue quand même. Mais surtout, il recentre le propos en le rendant beaucoup plus concis et efficace : en 9 titres et 23 minutes, c’est expédié, et on s’en souviendra comme un très bon exemple de deathcore progressif. Les éléments électroniques y sont plus discrets qu’avant mais installent vraiment des ambiances uniques. Pas parfait mais tout de même très impressionnant, ce nouvel album rehausse encore la légende du combo de l’Illinois, décidément capable de grandes choses !

Site officiel

Paroles de l’album

Born Of Osiris : Empires erased

Related Posts

  • 10000
    Le jeune groupe deathcore de l'Illinois m'avait déjà positivement impressionné en 2011 avec son troisième album « The discovery ». Depuis, et avec regret, j'ai laissé filé un quatrième album ayant un peu divisé, faute de temps pour y jeter une oreille attentive. Je compte bien me rattraper avec ce cinquième opus.…
  • 10000
    Born Of Osiris sera-t-il le groupe qui me réconciliera avec le deathcore, genre bien souvent assez limité et trop codifié à mon goût ? Si "Follow The Signs" débute par un grunt en bonne et due forme, il montre immédiatement une facette à la fois plus mélodique et plus hors-normes…
  • 10000
    Formation australienne, Aversions Crown pratique un deathcore brutal et mélodique à la fois oeuvrant dans un univers de science-fiction. Original ? Pas vraiment. D'autres s'y sont déjà essayé, et ils sont d'ailleurs en tournée bientôt avec Rings of Saturn qui partage la même orientation. Mais au moins, on ne peut pas…
  • 10000
    Le nom, la pochette vous semblent un peu datés ? Vous vous attendez à un bon gros disque de heavy metal à papa ? Vous vous plantez ; Bo, ok, il y a (forcément) des influences heavy ici. Mais « Built for war » se situe plutôt dans la tranche brutale du grand M. Thrashcore,…
  • 10000
    Allier violence et subtilité, ce n'est pas donné à tout le monde, et c'est une voie difficile. C'est pourtant celle qu'ont choisi les australiens de Ne Obliviscaris. Et comme souvent dans ce genre musical (le metal progressif, bien que celui-ci soit extrême ici), on a affaire à un album-concept. Et…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *