THE PIGEON DETECTIVES : Broken glances

Je serais bien en peine de vous faire un débriefing sur la carrière de The Pigeon Detectives, moi qui ne les ai croisés qu’en 2008 avec le très sympathique « Emergency », qui doit d’ailleurs encore traîner quelque part chez moi. Mais cet à priori positif me donne forcément envie de réparer mon erreur en découvrant ce cinquième album des cinq de Leeds. Très vite, j’y retrouve pas mal d’éléments connus. Mais pas que. Renseignements pris, il semblerait que ce nouvel opus soit une sorte de bilan de l’ensemble de la carrière du groupe. Il est vrai qu’il sonne globalement assez rétro. D’aucuns diraient ringard, mais je n’irai pas du tout jusque-là. Entre pop rock et rock indé, « Broken glances », s’il est ancré dans les nineties, n’en est pas moins le témoignage d’un savoir-faire et d’une personnalité que l’on se plaît ici à redécouvrir. Capables de signer des titres énergiques et rock autant que des ballades pop, le tout avec un certain panache, nos piafs nous prouvent que leur (relative) longévité n’est pas le fruit du hasard mais celui d’un travail et d’une passion intenses. Des éléments qui permettent aux 10 titres de ce disque d’embarquer l’auditeur. Pas pour un voyage sans retour certes, mais pour une belle balade sur Memory Lane !

Paroles de l’album

Site officiel

The Pigeon Detectives : Enemy lines

Related Posts

  • 10000
    Le son des écossais de We Were Promised Jetpacks était apparemment très typé grunge sur l'avant "Unravelling". Le changement est on ne peut plus notable sur ce troisième album, très axé indie rock, mais dont toute vélléité bruitiste a quasiment disparu. "Unravelling" varie les ambiances tout en restant dans un…
  • 10000
    Le premier album du duo Honeyblood m'avait titillé plus qu'émoustillé. Mais c'est déjà ça. Et je m'étais promis de suivre le chemin emprunté par le groupe, conscient du potentiel que l'album Honeyblood promettait. « Babes never die », donc. Une fois passée une intro pas très opportune, la chanson-titre tente de nous…
  • 10000
    Troisième album des natifs de Chicago Empires, "Orphan" voit le groupe plonger corps et âme dans un pop rock très classique, là où le combo donnait (apparemment) dans un rock indie – garage un peu moins convenu par le passé. Je ne sais pas ce qui est arrivé au groupe…
  • 10000
    Dans la musique comme dans la vie, il y a les amis et les potes. The Courteeners se situent pour moi dans la deuxième catégorie, celle qu'on croise de loin en loin en se disant "ah, ouais, sympa" et qu'on oublie quelques jours plus tard. Ainsi, en 2008, "St Jude",…
  • 10000
    Le trio suédois Eskobar nous arrive du froid avec un pop rock rappelant parfois leurs voisins Kent, l'énergie en moins. Car, sorti de quelques titres ("Why London ?", "Snowman") aux effets de manche sympathiques, on s'ennuie ferme. Ça, c'est sûr, le froid, ça engourdit les membres, et parfois même l'esprit.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *