ASH AND COAL : Legacy

Il est parfois difficile, même quand on le fait depuis des années, de qualifier la musique, de la mettre dans une case ou deux pour qu’en face, le lecteur qui n’a pas l’envie ou l’occasion de laisser traîner une oreille sur un disque puisse s’en faire une idée précise. Là, par exemple, j’ai envie de dire « metal alternatif ». Mais ça vous parle ça ? D’une manière générale, le qualificatif « alternatif » est quand même un truc bien moche et nébuleux. Alors on va procéder autrement. On trouve dans « Legacy », vrai premier album du combo, du heavy metal. On y trouve aussi du rock indé (autre concept tordu, ok, je vous l’accorde), du rock gothique, une certaine forme de doom… Le tout est à la fois sombre et très classe. Pour tout vous dire, sur pas mal de titres, j’ai l’impression d’écouter une version de Danzig qui aurait muté avec le Manson de « Pale Emperor » et les Murder City Devils. J’aime bien les deux derniers, et j’adore le premier, ce n’est donc pas un petit compliment. Bon, ne vous excitez pas trop, hein, je n’ai pas dit que tout était au poil, ça reste une œuvre de jeunesse, mais quand même, je trouve que « Legacy » a vraiment une bonne gueule. Le fait est que la plupart des titres se situent à mi-chemin entre metal et rock, et penchent plus du côté du deuxième ; ils pourront donc être appréciés d’un large public, pour peu que le heavy blues rock de bonhomme vous parle un peu. Le piège que ce disque n’évite pas en revanche, c’est une relative uniformité des tempos et ambiances, qui pourrait lui être préjudiciable. Mais quand même, ils sont bons les bougres !

Site officiel

Ash And Coal : Everyone’s a misanthrope

Related Posts

  • 10000
    Euh, c'est une plaisanterie ? Après un « Deth red sabaoth » très encourageant sorti en 2010, j'attendais, comme beaucoup de fans du petit coquinou Glenn, un nouvel album en bonne et due forme. A la place, je me retrouve avec un « bête » disque de reprise, à la pochette singeant celle de Bowie,…
  • 10000
    Personnage haut en couleur, à la fois risible et très respectable, Glenn Danzig continue en 1994 d'explorer la voie d'un metal à la fois heavy, bluesy et gothique avec ce quatrième disque de sa troisième incarnation musicale. On y retrouve un style sombre, mid-tempo, sublimé par la voix du dark…
  • 10000
    Six ans après un « Circle Of Snakes » bof bof, le héros Glenn Danzig repointe ses muscles et son regard ténébreux, un nouvel album dans la poche kangourou de son pantalon de cuir. Bon, avouons-le, depuis quelques années, rien de ce qui sort de sa batcave n'est très excitant, alors si…
  • 10000
    Je l'avoue sans mal, je suis fan de Danzig, du moins de celui des débuts, la qualité faisant cruellement défaut aux dernières "oeuvres" du groupe du petit hargneux Glenn. Alors lorsque le bon monsieur Evilive me propose de mettre la main sur 26 titres issus des sessions des disques de…
  • 10000
    « Glenn est revenu à ses premières amours avec ce disque » entend-je partout. Fan à mes heures de son dark heavy rock et de sa voix unique et puissante, je me jetai donc sans réfléchir sur ce nouvel opus, babines retroussées et crocs luisants. Et ce retour aux sources,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *