THE LONE BELLOW : Walk into a storm

Troisième album pour le trio folk pop rétro The Lone Bellow. Le groupe a déménagé de Brooklyn à Nashville. On pourrait dire que ça s’entend, mais il n’y a finalement rien ici qui ne soit pas déjà inscrit dans l’ADN du groupe depuis ses débuts. Assez coté par chez lui (le précédent disque du groupe a été nommé aux americana music awards), The Lone Bellow est totalement inconnu chez nous, et le restera probablement : pas assez dans l’air du temps, trop marqué par son territoire et ses racines. Ceci dit, « Walk into a storm » reste un sacré bon disque. Pas besoin d’attendre longtemps pour le réaliser : l’introductif « Deeper in the water », entre folk rock et soul pop, très radiophonique, se charge de le souligner. Mais c’est un leurre, ou presque ; « Is it ever gonna be easy », entre la première phrase de « Carry on wayward son », Boston et Fleetwood Mac, donne la couleur générale du disque : chaud, réconfortant et rétro. Impossible de résister aux 38 minutes de ce disque tant chaque titre sonne comme un classique. Oh, bien sûr, on peut considérer ça comme du réchauffé, du sur-référencé, mais ça marche tellement bien qu’on baisse vite les armes. Le trio connaît son répertoire et son taf, et ne laisse d’autre alternative que l’adhésion immédiate !

Site officiel

Paroles de l’album

The Lone Bellow : Time’s always leaving

Related Posts

  • 10000
    Nashville a longtemps été un centre névralgique de la musique aux Etats-Unis, et de la country en particulier. Pas étonnant donc que la musique de ce premier album du groupe Blank Range soit autant chargée d’un héritage rock devant autant au rock seventies qu’à la country ou au folk. Peu…
  • 10000
    2011. Cinq amoureux du rock seventies décident de lui rendre hommage à leur manière. Vestimentairement, d’abord, et puis musicalement bien sûr : entre hard rock, heavy metal, doom, rock progressif et rock psychédélique, le groupe trace une route pavée de briques tranchantes et pailletées à la fois. On oscille en permanence…
  • 10000
    Ma première rencontre tardive avec Butch Walker, l'an dernier, a été une bonne surprise. Il proposait alors une country alternative très classique mais assez bien tournée pour qu'on s'y laisse prendre, avec tout le savoir-faire accumulé depuis des années de pratique de la musique, derrière la guitare, le micro, la…
  • 10000
    Lui, je ne l'ai pas vu arriver. De son angleterre natale, Saint Leonard nous envoie un premier album sympathique aux confins du rock retro et du rock indé. Les influences et époques s'entrechoquent, la voix très légèrement éraillée et pleine de charme de l'auteur se charge de lier le tout.…
  • 10000
    Timothy Showalter, le barbu derrière Strand Of Oaks, a quelque peu écorché son disque précédent, « Heal ». bon, c’est sûr, c’est sain, et même naturel d’évoluer, de voir le futur meilleur et plus beau que le passé. Mais ça me pose quand même problème, dans le sens où c’est par celui-là…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *